Christelle Mainguy a vécu cinq grossesses infructueuses avant de donner naissance à Béatrice, sept mois.

Béatrice est née grâce à la procréation assistée

C'est un véritable cri du coeur qu'a lancé Christelle Mainguy, la fille d'un Roxtonais, pour le maintien du programme de procréation assisté offert par le ministère de la Santé et des Services sociaux.
Rappelons qu'en milieu de semaine dernière, le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a indiqué vouloir réévaluer les critères d'accès au programme québécois de procréation assisté. Une consultation publique sur les enjeux éthiques, juridiques, cliniques, économiques et sociaux de la procédure, dont l'appel de mémoires s'est terminé hier, permettra aussi aux citoyens de s'exprimer sur son site web de la commission d'ici le 17 juin.
«Ce qui m'a fait sursauter, c'est qu'au début, le Dr Hébert a dit qu'il fallait rester ouvert à la possibilité de fermer le programme, affirme Christelle. Quand tu remets ça en question, en restant ambigu sur tes intentions, ça vient briser l'espoir que beaucoup de couples mettent dans celui-ci.»
La semaine dernière, le ministre a indiqué qu'il ne remettait pas en question l'existence du programme, mais qu'il fallait «vraiment cibler sur les gens qui en ont besoin et permettre qu'il y ait des balises pour éviter qu'il y ait des dérapages éthiques».
Tous les détails dans notre édition de mardi