La Ville de Cowansville et la firme Construction Généphi doivent trouver un terrain d’entente à savoir qui paiera les coûts additionnels de la reconstruction du barrage sur la rivière Yamaska Sud-Est au centre-ville.

Barrage sur la Yamaska Sud-Est: place aux négociations

Les travaux pour compléter la reconstruction du barrage sur la rivière Yamaska Sud-Est à Cowansville sont maintenant terminés, près de 11 mois plus tard que prévu. Des négociations entre la Ville et l’entrepreneur doivent désormais avoir lieu pour déterminer qui paiera pour les coûts additionnels.

« Nous sommes en train de calculer de notre côté. Ils font la même chose », a dit Me Stéphanie­ Déraspe, directrice du service du greffe et des affaires juridiques de la Ville. « On va devoir négocier », a-t-elle dit lundi en entrevue.

Le fond du litige porte sur le fait que la firme Construction Généphi­ n’a pu reconstruire le vieux barrage dans les délais prescrits. Le 20 novembre 2016, le conseil de Cowansville avait ordonné la suspension des travaux parce que l’entreprise n’avait réalisé que 25 % des travaux alors que le délai de dix semaines qui lui avait été accordé approchait. Il était impossible qu’elle les termine selon l’échéance prévue. Du béton devait être coulé et les températures froides qui se pointaient n’étaient pas propices à de tels travaux.

Des problèmes techniques vécus sur le chantier expliqueraient les retards, avait indiqué à l’époque le directeur général de la Ville, Claude Lalonde.

Les deux parties ont discuté de la situation pendant le printemps, mais sans en venir à un accord. L’entreprise a tout de même repris les travaux le 1er août dernier. Elle les a terminés le 8 décembre. L’inspection de la firme d’ingénieurs chargée de surveiller le chantier a permis de confirmer que les travaux étaient conformes aux plans et devis, a dit Sylvain Perreault, directeur des travaux publics de la Ville.

Le contrat de reconstruction du barrage a été octroyé à l’été 2016 à Construction Généphi au montant de 775 000 $. Le fait que les travaux ont pris près de 14 semaines de plus que prévu a entrainé des coûts additionnels.

Alternative abandonnée

Le projet de reconstruction du barrage était dans le collimateur de la Ville depuis quelques années. Une alternative aurait consisté à le détruire sans le remplacer. Toutefois, cette option a été abandonnée puisqu’elle aurait modifié radicalement la rivière en amont, a dit M. Perreault­. Le ministère de l’Environnement s’y est opposé, a-t-il dit. « C’était impensable de faire ça. Il aurait fallu qu’on creuse le lit de la rivière pour adoucir sa pente. Sinon, durant l’été, il n’y aurait pratiquement plus eu d’eau. Cela aurait trop perturbé les éco­systèmes de la rivière. On devait garder le même débit dans la rivière. »

La Ville entreprendra au printemps des travaux pour réparer le stationnement de la Place du Moulin. L’endroit a été utilisé durant les travaux pour donner accès aux gros équipements utilisés pour reconstruire le barrage. Une nouvelle couche d’asphalte sera posée, des bordures de béton remplacées et des arbres plantés, a dit M. Perreault. La Ville assumera­ tous les coûts.