Le barrage du lac Boivin a été démoli et reconstruit puisqu’il ne répondait plus à certaines exigences gouvernementales.

Barrage du lac Boivin: plus d’un demi-million $ en dépassement de coûts

Le projet de reconstruction du barrage du lac Boivin a généré des coûts supplémentaires qui se révèlent élevés. À lui seul, le contrat confié à Construction Injection EDM, responsable des travaux, a entraîné un excédent de plus d’un demi-million de dollars, soit 15,6 % du mandat initial de 3,5 millions de dollars.

Les élus de Granby ont récemment entériné les derniers changements au projet, ce qui inclut les dernières factures liées au travail d’EDM, une entreprise de Québec.

Deux événements sont à l’origine de près de la moitié des coûts supplémentaires comptabilisés, selon l’ingénieur de projets au Bureau de projets de la Ville de Granby, Manuel Cabana. À commencer par un épisode de pluie abondante survenue en janvier dernier, alors que le chantier battait son plein. Des mesures d’urgence ont dû être appliquées et une brèche a été réalisée dans le barrage temporaire pour permettre à l’eau de s’écouler.

L’intervention et la prolongation du chantier que cet événement météo a entraîné ont finalement généré des coûts supplémentaires de 63 000 $, selon l’entente survenue récemment avec l’entrepreneur.

Autre « surprise » : la présence de sols contaminés dans le canal de dérivation temporaire aménagé dans le cadre du chantier.

« On ne pensait pas qu’il y en aurait autant. On n’a pas pu retourner les sols qui étaient là. Il a fallu disposer de 4410 tonnes. Ça a engendré un coût de 217 000 $ », souligne Manuel Cabana.

Gros projet

Sinon, différents facteurs sont à l’origine de la portion restante des coûts additionnels. Une quantité de béton plus importante que prévue a entre autres été nécessaire pour la réalisation des travaux.

Le barrage, qui ne répondait plus à certaines exigences gouvernementales, a été démoli et reconstruit. Pour les besoins de l’opération, le flot de la rivière avait été détourné dans un étroit canal de dérivation. Deux digues temporaires avaient aussi été aménagées pour permettre aux travailleurs de Construction Injection EDM de Québec d’œuvrer au sec.

L’expertise de la firme granbyenne Mecan Hydro a aussi été mise à profit, alors que celle-ci a fourni les vannes du nouveau barrage. Des coûts de près d’un million de dollars s’ajoutent ainsi à la facture globale du projet.

La Ville de Granby a reçu une aide financière du Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU), dans le cadre de ce projet. Cette aide devait atteindre 83 % des coûts admissibles. Mais, en réalité, elle permettra d’en assumer environ 63 %, selon Manuel Cabana. Lors de l’annonce du Fonds, les villes ont dû composer avec un délai serré pour déposer leurs projets. Ce sont ainsi les coûts estimés qui ont été soumis, mais la note a grimpé aux étapes des plans et devis, ainsi qu’à l’appel d’offres, dit-il.

Dans le cadre d’un « projet parallèle », le parc de la Tannerie, voisin du barrage, a été réaménagé par le service des travaux publics de la Ville. Il a aussi été décidé de prévoir un budget de 30 000 $ pour éclairer le nouveau barrage, question de le mettre en valeur, a fait valoir le maire, Pascal Bonin.