L'intérêt pour le programme de banque de terres, une initiative de la MRC Brome-Missisquoi, est grand. Un total de 42 MRC et communautés urbaines attendent pour adhérer au regroupement.

Banque de terres: 42 MRC cognent à la porte

L'idée de dresser une liste des terres agricoles disponibles à l'exploitation et de mettre leurs propriétaires en contact avec des aspirants-agriculteurs gagne en popularité. Lancée par la MRC Brome-Missisquoi en 2011, l'initiative est maintenant imitée par neuf autres MRC. Et 42 sont en attente pour adhérer au programme provincial de banque de terres.
« Il y a un besoin réel pour redynamiser nos communautés », souligne Francis Dorion, directeur de l'aménagement de la MRC Brome-Missisquoi. « On peut le faire en se concentrant sur nos défis en agriculture où on a un manque de relève et où les jeunes font face à des difficultés d'acquisitions­ de terres. »
Le programme de banque de terres permet d'identifier des propriétaires qui ont des parcelles de terre disponibles ainsi que de jeunes agriculteurs qui caressent un projet agricole. La MRC joue l'entremetteuse entre les deux afin de conclure une entente pour l'exploitation de terres. À ce jour, 32 maillages ont ainsi vu le jour dans la MRC.
« On voit que la demande était là. Les propriétaires sont heureux que leurs terres soient productives et qu'ils aident la relève. Et les jeunes réalisent leur rêve. C'est vraiment un beau succès­ », indique M. Dorion.
Le succès est tel que plusieurs MRC ont depuis demandé l'aide de la MRC Brome-Missisquoi pour implanter un système similaire chez elles. Les MRC d'Argenteuil­, Memphrémagog, de l'Érable, Val-Saint-François, les Laurentides, Charlevoix et Pontiac se sont jointes au regroupement. Mardi soir, lors de leur assemblée mensuelle, les maires de Brome-Missisquoi ont accepté d'inclure la MRC des Sources et la Ville de Sherbrooke.
L'intérêt pour le regroupement est grand. La MRC est en contact avec 42 autres MRC et communautés urbaines intéressées par le projet. Devant un tel engouement, la banque de terres a été restructurée pour être capable de toutes les accueillir. Depuis novembre, grâce à une subvention de 300 000 $ du gouvernement québécois, la banque est passée sous l'égide du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ). Elle a été fusionnée avec celle de l'Est du Québec mise sur pied par le Centre d'innovation­ sociale en agriculture.
Banque provinciale
La nouvelle banque, baptisée L'Arterre, sera déployée à travers la province, a dit M. Dorion. « C'est devenu vraiment gros. On n'a pas les ressources pour s'en occuper tout seul. On laisse ça au Centre de référence. Mais on va encore participer aux décisions. L'expertise provient quand même de notre MRC. »
En plus de la MRC Brome-Missisquoi­, L'Arterre sera administrée­ par le CRAAQ et le CISA.
M. Dorion est à Québec aujourd'hui (mercredi) pour présenter le programme de banque de terres aux directeurs de l'aménagement des municipalités et des MRC du Québec. « On s'attend à ce que d'autres veuillent se joindre au regroupement », dit-il.