Le coordonnateur de la gestion de l’eau à la MRC Brome-Missisquoi, Simon Lajeunesse.
Le coordonnateur de la gestion de l’eau à la MRC Brome-Missisquoi, Simon Lajeunesse.

Bandes riveraines: la Haute-Yamaska fait bonne figure

Les bandes riveraines en bordure des terres agricoles sont très présentes sur le territoire de la MRC de La Haute-Yamaska, résultat d’une réglementation régionale unique à ce territoire. Ailleurs dans la région, le portrait est plus flou, les données n’étant pas à jour.

Alors que la Fédération de l’UPA Montérégie mène ces jours-ci une série de séances d’information sur les bandes riveraines, les bons coups chez les producteurs et les productrices agricoles se multiplient, de nombreux acteurs sont impliqués — organismes de bassin versant, municipalités, MRC —, mais un soutien financier majeur pour améliorer la santé des cours d’eau agricoles manque encore à l’appel, selon Simon Lajeunesse, coordonnateur de la gestion de l’eau à la MRC Brome-Missisquoi.

Plus de 80 % du territoire de La Haute-Yamaska est conforme au règlement, selon le bilan 2018 du Plan directeur de l’eau 2017-2021 de la MRC. Sur les terres agricoles, cela signifie qu’une bande de trois mètres à partir du haut du talus est végétalisée et non cultivée en bordure des cours d’eau.

Les règles sont différentes dans les MRC voisines. Dans Brome-Missisquoi, le schéma d’aménagement du territoire demande aux producteurs de respecter une bande riveraine de deux mètres à partir du haut du talus. L’inventaire des bandes riveraines dans cette MRC date un peu, celui-ci ayant été fait entre 2014 et 2016. Selon M. Lajeunesse, l’état de conformité en milieu agricole serait d’environ 50 %.

Dans Rouville, le portrait est encore plus parcellaire, la conformité des bandes riveraines relevant de la compétence des municipalités, et non de la MRC, précise Johnny Louis-Jean, responsable de l’entretien des cours d’eau à la MRC. Si l’état des lieux des bandes riveraines le plus récent remonte « à une dizaine d’années », un plan d’action prévoit prochainement, entre autres, un nouvel inventaire. Le territoire de cette MRC est agricole à 85 %, indique M. Louis-Jean.

L’agronome Jérémie Mercier, également producteur laitier et coordonnateur des séances d’information proposées par l’UPA Montérégie sur les bandes riveraines, résume la situation : « Hormis la Haute-Yamaska, le constat général de l’état des bandes riveraines n’est pas rose. »

Agriculteurs mobilisés

Le coordonnateur de la gestion de l’eau à la MRC Brome-Missisquoi insiste cependant pour saluer l’engagement de nombreux agriculteurs. « On a des agriculteurs exceptionnels, dit-il. Plusieurs posent des actions qui vont bien au-delà de la réglementation. »

Il donne notamment l’exemple des Fermes Janor, à Farnham, et de la famille Robinson, à Saint-Armand. Les premiers ont réaménagé de façon efficace le cours d’eau Poulin, alors que les seconds font pousser des cultures intercalaires entre leurs plants de maïs, ce qui évite d’avoir un sol à nu au printemps et empêche le ruissellement des sédiments et du phosphore dans les cours d’eau.

« Ces pratiques se répandent de plus en plus », constate M. Lajeunesse.

Coût

Intervenir dans le champ par des bandes riveraines ou d’autres moyens a toutefois un coût.

Jérémie Mercier souligne que les bandes riveraines permettent par exemple de reporter des entretiens de berges de cours d’eau, des interventions facturées par les MRC et dont les coûts peuvent dépasser 30 000 $.

L’agronome croit que les producteurs ayant des pratiques culturales respectant l’environnement devraient être davantage rétribués financièrement. Il donne notamment l’exemple du programme Alternative Land Use Services (ALUS), un programme canadien de soutien qui rémunère ces producteurs agricoles montérégiens.

D’autres intervenants appelés dans le cadre de cet article réclament aussi un appui gouvernemental accru.

La séance d’information « Bande riveraine : Pourquoi ? » destinée aux producteurs et aux municipalités de Haute-Yamaska sera présentée le jeudi 13 février, à 13 h 30, à l’Hôtel Castel (Granby).