Les élus de Sutton ont choisi de baisser le taux de taxation pour atténuer les impacts du nouveau rôle d’évaluation foncière. Sur la photo: Lynda Graham, conseillère municipale, Suzanne Lessard, trésorière, Michel Lafrance, maire, et Pierre Largy, directeur général de Sutton.
Les élus de Sutton ont choisi de baisser le taux de taxation pour atténuer les impacts du nouveau rôle d’évaluation foncière. Sur la photo: Lynda Graham, conseillère municipale, Suzanne Lessard, trésorière, Michel Lafrance, maire, et Pierre Largy, directeur général de Sutton.

Baisse du taux de taxation de 5 % à Sutton

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Les élus de Sutton ont adopté, lundi soir, un budget de 11,6 M $, en hausse de 4 %. En réaction à l’application du tout nouveau rôle triennal d’évaluation foncière, ils ont diminué le taux de taxation foncière de 5 %.

« Je dirais que c’est un budget responsable, expose le maire Michel Lafrance. Le nouveau rôle va prendre effet en 2020 et on affiche une augmentation de 7,94 % de la valeur foncière globale. »

Le parc immobilier atteint une valeur de 1,1 milliard de dollars, dont 972,3 M $ pour le secteur résidentiel. Les terrains vacants sont ceux qui ont pris le plus de valeur avec une hausse de 14,5 %.

Comme effet de balancier et afin que les citoyens en ressentent moins les effets, la taxe foncière passe de 60,6 ¢ à 57,6 ¢ pour les résidences, les six logements et plus, et les terres agricoles, ce qui représente une baisse de 5 %. Les taux diminuent également pour les autres secteurs.

L’équipe des finances a réussi à ne faire augmenter le compte de taxes que de quelques dizaines de dollars. La maison moyenne, dont la valeur est passée à 322 560 $, sera taxée de 2,9 % de plus si elle n’est pas desservie. Cette augmentation est d’un point de pourcentage de moins si elle est desservie par les services d’égout et d’aqueduc.

Cette augmentation provient non seulement de la différence entre la baisse du taux de taxation et la hausse de la valeur des résidences, mais aussi des 14 $ supplémentaires qui seront chargés pour les matières organiques et les déchets. En contrepartie, les propriétaires du cœur villageois verront la taxe spéciale de leur secteur diminuer de 17 $ puisqu’un projet est fini de payer.

Des routes au PTI

Le plan triennal d’immobilisations prévoit beaucoup de travaux routiers en 2020. Près de 1,6 M $ sont prévus pour le réseau routier. Un ponceau majeur doit être changé sur le chemin Réal, tandis que la rue Mountain fera l’objet d’une réfection entre les rues Billings et Schweizer. Il y aura également du rechargement sur les chemins de gravier Dyer et Élie.

La Ville fera des travaux de canalisation d’eau au niveau du pont de la rue Western Sud et de canalisation d’égout au pont de la rue Maple, et remplacera des membranes à l’usine de filtration du secteur de la montagne.

Des véhicules de la voirie seront également remplacés.

L’horloge installée en 1949 à l’hôtel de ville sera réparée et pourra de nouveau donner l’heure.

Le total des investissements en 2020 est de 3,2 M $.

Penser le centre du village

L’an prochain, des consultations publiques se tiendront pour réfléchir à l’avenir du centre de Sutton. Les édifices du Centre communautaire John-Sleeth et du Musée des communications sont désuets.

« Est-ce qu’on rénove John-Sleeth avec une réfection majeure ou est-ce qu’on la condamne, on la jette à terre et on repart à neuf ? Ensuite, est-ce qu’on construit au même endroit ? Le conseil va faire toute une démarche de consultation citoyenne au début de l’année 2020, indique le directeur général Pierre Largy. Probablement que le conseil aura quelques pistes à proposer. »

Rien n’exclut la construction d’un centre communautaire sur l’ancien site de la Filtex.

« La semaine passée, un groupe d’étudiants en architecture nous a présenté des maquettes de ce qu’ils verraient sur le site de la Filtex et même plus loin, ajoute M. Lafrance. On va essayer d’avoir les maquettes pour les exposer et je vais voir s’ils peuvent venir faire une présentation. »

« D’habitude, on fait une révision du plan d’urbanisme tous les dix ans. On va commencer ça cette année, renchérit Lynda Graham, conseillère municipale. Pour nous, il y a un lien direct entre le plan d’urbanisme et le noyau villageois. Pour ce conseil et la population, le noyau villageois est le projet majeur. »

Le site de l’ancienne usine, situé en plein cœur du village, fera l’objet de discussion durant l’année avec les citoyens.