La commission scolaire de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska prévoit encore des dépenses et des revenus égaux en 2018-2019.

Baisse du taux de la taxe scolaire dans la région

Pour une deuxième année consécutive, Val-des-Cerfs dépose un budget 2018-2019 équilibré, et ce, malgré une hausse du nombre d’élèves et une baisse du taux de la taxe scolaire.

Un budget « à l’encre noire, et non rouge », a indiqué le président de la commission scolaire, Paul Sarrazin, peu avant l’adoption du budget à la dernière séance publique des commissaires, mardi.

Ce bilan « s’inscrit dans nos principes de retour à l’équilibre budgétaire, grâce au Plan d’optimisation, et respecte la loi anti-déficit » émise par Québec, dit Nathalie Paré, directrice du Service des ressources financières à Val-des-Cerfs.

Pour la prochaine année, la commission scolaire prévoit des dépenses et des revenus égaux de 199 416 781 $. La baisse de la taxe scolaire décrétée par Québec — et qui représente une ponction de 13 M$ — est compensée par une subvention équivalente du ministère de l’Éducation.

Alignement
Les commissions scolaires doivent maintenant aligner leur taux de taxe sur celui le plus bas en vigueur dans leur région administrative. En Montérégie, les taux rejoignent celui de la commission scolaire Lester B. Pearson, qui est de 0,17832 $ du 100 $ d’évaluation. À Val-des-Cerfs, il était de 0,25699 $.

Ce taux inclut une exemption pour la première tranche de 25 000 $ d’évaluation applicable. Pour une résidence évaluée à 250 000 $, par exemple, cela représente une baisse de 197 $ du compte de taxes.

Le budget total de Val-des-Cerfs, en hausse de 4 %, s’explique par une augmentation de la clientèle (266 élèves de plus prévus en 2018-2019, pour un total de 15 595), l’indexation du salaire des enseignants (hausse de 2 %) et des dépenses supplémentaires liées aux ajouts de services et de constructions.

Un budget initial qui est toutefois sujet à changement, précise Mme Paré. Une modification du nombre d’élèves et de nouvelles annonces gouvernementales peuvent changer la donne. Le Plan d’action numérique prévoit notamment un investissement de 2,6 M$, soit une hausse de 1,5 M$ par rapport à l’année précédente.

Léger déficit à des Hautes-Rivières
En Montérégie-centre, la commission scolaire des Hautes-Rivières (Ange-Gardien, Rougemont, Saint-Césaire) a adopté un budget presque équilibré pour la prochaine année scolaire avec des dépenses prévues de 224 617 361 $, pour lesquelles un déficit autorisé de 585 290 $ sera pigé à même les surplus accumulés.

Des Hautes-Rivières prévoit aussi une augmentation de sa clientèle, sauf pour la formation professionnelle, indique-t-on par voie de communiqué. Elle prévoit ouvrir 31 classes supplémentaires en 2018-2019, dont deux classes de maternelle 4 ans. Quant à son taux de taxe scolaire, il sera bien entendu le même qu’à Val-des-Cerfs, soit de 0,17832 $ du 100 $ d’évaluation.

VAL-DES-CERFS

Prochain budget  : 199 416 781 $

Taux de taxe scolaire : 0,17832 $ du 100 $ d’évaluation

Clientèle prévue en 2018-2019 : 15 595 élèves 

Paule-Andrée Bouvier, directrice des communications et des affaires corporatives à la commission scolaire du Val-des-Cerfs

ACTIVITÉS PARASCOLAIRES EN SUSPENS

Comme plusieurs commissions scolaires, Val-des-Cerfs suspend l’organisation des sorties et activités prévues au début de la prochaine année scolaire.

« On a demandé aux directions d’école de ne pas s’engager dans les réservations ou l’officialisation de sorties », indique Paule-Andrée Bouvier, directrice des communications et des affaires corporatives.

La décision fait suite au règlement récent d’une action collective qui opposait les commissions scolaires à un groupe de parents. Ceux-ci exigeaient 300 M$ pour des frais facturés en trop en sorties et effets scolaires.

Puisque la Loi sur l’instruction publique (LIP) est imprécise, les commissions scolaires en ont fait différentes interprétations au fil des ans. Ce qui, selon l’action collective, a mené à des abus. 

L’entente intervenue en mai prévoit un remboursement de 153 M$, ce qui signifie que les parents de quelque 22 000 élèves recevront donc un chèque de 165 $. Pour Val-des-Cerfs, cela signifie une éventuelle ponction de 2,7 M$. Par conséquent, les commissions scolaires attendent désormais des directives claires de Québec afin que soit déterminé exactement ce qui peut être facturé ou non. « On sera fixés d’ici quelques semaines », dit Mme Bouvier.

Effets scolaires

Les listes d’effets scolaires à acheter en début d’année ont aussi été révisées afin de respecter au maximum le concept de gratuité scolaire de la LIP. Grosso modo, les écoles ne peuvent exiger de frais que ce sur quoi les élèves écrivent, dessinent ou découpent, comme les cahiers d’exercices, et non les manuels réutilisables. 

Les prochaines listes seront aussi plus précises sur ce qui est facturé. « Comme ça, les parents seront avisés de ce pour quoi ils payent », dit Paule-Andrée Bouvier.