Malgré le soleil radieux de samedi, il y avait peu de clients au parc aquatique de Bromont, montagne d'expériences.

Baisse d'achalandage au parc aquatique de Bromont

La saison estivale n'a pas été exceptionnelle pour le parc aquatique de Bromont, montagne d'expériences. Mais malgré l'absence de canicule, le président, Charles Désourdy, s'en dit satisfait.
Avec les abonnements de saison, les impacts sont moins importants à la billetterie de l'entreprise. « Les montagnes russes sont moins basses et moins hautes que par le passé, a-t-il expliqué en entrevue lundi, dernière journée d'ouverture des attractions. On n'a eu aucune journée à plein achalandage. On a eu trois journées à 80 % d'achalandage. Si on regarde sur une moyenne de 5 ans, on est 13 à 15 % en dessous. »
Une expérience agréable
Nathalie, Geneviève et leur famille sont venues souvent faire leur tour puisqu'elles possèdent un abonnement saisonnier. Après deux visites, leur achat était rentabilisé, même si le soleil n'est pas sorti aussi souvent que M. Désourdy­ l'aurait voulu. 
La pluie, les journées fraîches et les orages sont à blâmer dans la baisse de l'achalandage. Cependant, le parc aquatique étant moins bondé, les files d'attente étaient plus courtes, donc l'expérience pour les clients était plus agréable, ajoute-t-il. Et dès qu'un client est satisfait, il en parle à d'autres. 
Mathieu et ses fils ont justement profité des journées où les prévisions météorologiques étaient moins belles pour venir jouer dans les installations. « On savait qu'il n'y avait personne, explique le père de famille. On était ici toutes les fins de semaine. Avec leur mère, les enfants ont fait du vélo de montagne et moi, j'en ai fait de mon côté aussi. » Ils sont venus se baigner à quelques reprises également. 
Expérience vélo
Rencontré samedi midi par La Voix de l'Est, il comptait essayer l'Expérience vélo. Pour cette activité, un vélo, un casque et les équipements­ de protection sont fournis.
Cette initiation au vélo de montagne gagne à être connue, affirme Charles Désourdy. « C'est très difficile d'inciter les gens à essayer le vélo. C'est notre activité cachée. Je ne sais pas pourquoi, peut-être que les gens associent ça au vélo de descente. On a une trentaine de vélos. On pourrait en avoir d'autres, mais on n'en a pas plus parce qu'on a moins de demande. Même pas 5 % de la clientèle essaient l'activité. À nous de la pousser plus. »
Quelques ajouts qui ont bien fonctionné : l'Île aux trésors et l'Île aux aventuriers, destinées aux enfants de moins de six ans. « On est très satisfaits du résultat et de l'ambiance que ça a donnés, soit un coin avec des parents et jeunes enfants. Le food truck, ça faisait une diversité dans l'offre de nourriture. Déjà, l'an prochain, on prévoit en avoir un deuxième, peut-être que ce sera une remorque. »