On voit ici une ébauche des cabines qui seraient érigées sur le site attenant au centre Backbone.

Backbone veut offrir de l’hébergement minimaliste

Les touristes en visite à Bromont pourraient bientôt avoir accès à de l’hébergement « abordable » axé sur de la « microvillégiature ». C’est du moins la prémisse du projet Background, porté par la famille Marseille derrière le centre d’escalade Backbone.

L’idée a germé peu de temps après le lancement des activités de la jeune entreprise, en avril 2018. « Dès le début, plusieurs de nos clients du centre d’escalade et du bistro nous ont demandé s’ils pouvaient coucher sur notre terrain. Malheureusement, on ne peut pas, et en saison estivale, les trois campings à Bromont sont pleins. On a donc voulu offrir une solution à ce problème avec de l’hébergement à coût modique », a indiqué le président-directeur général de Backbone, Jean Marseille, qui pilote le projet avec sa fille Frédérique, son fils Charles et sa conjointe Andrée Laprise.

Le projet consiste en fait à ériger de petites cabines en bois sur un vaste site attenant au centre d’escalade, à proximité de la sortie 74 de l’autoroute 10. Les microrefuges seraient intégrés dans un boisé de bouleaux. « Il n’y a qu’une chambre, pas d’eau et possiblement l’électricité avec des panneaux solaires. Le toit serait vitré pour permettre aux gens de contempler le ciel étoilé, en plus d’avoir une vue magnifique sur le mont Gale », a résumé M. Marseille.

Jean Marseille en compagnie de sa fille Frédérique, de sa conjointe Andrée Laprise et de Charles, le benjamin.

L’offre du Diable Vert de Sutton a notamment servi d’inspiration au projet, baptisé Background. « Ce qui se fait Au Diable Vert est très bien. On veut aller dans le même sens, a dit le PDG, mais avec quelque chose d’encore plus minimaliste. »

Diversité

L’initiative prévoit la construction de trois gites de type « pods » — quatre saisons — et une douzaine d’autres refuges similaires accessibles durant la saison chaude uniquement. Les microbâtiments « seront munis d’un [grand lit] et d’une petite table et les voyageurs seront chargés d’apporter tous leurs effets de cuisine et literie », peut-on lire dans le descriptif du projet.

L’aménagement de près de 25 « terrains intimes et isolés pour petites tentes » est aussi au programme. Or, pas question d’ouvrir un quatrième camping à Bromont, a assuré M. Marseille. « Il n’y aurait pas de véhicules récréatifs ni de roulottes. Les sites n’auraient pas de place à feu non plus. »

L’utilisation des équipements du centre d’escalade serait préconisée pour minimiser l’empreinte environnementale. L’endroit dispose déjà de douches, d’installations sanitaires, d’une terrasse et d’un site pour les feux, entre autres. « Backbone serait en fait notre camp de base », a imagé Jean Marseille.

Les élus ont notamment donné leur aval, lundi, à un premier projet de règlement modifiant le règlement de zonage afin d’ajouter « l’hébergement expérientiel » aux usages autorisés dans le secteur, ainsi qu’à l’octroi d’un permis en ce sens. Si tout se déroule comme prévu, les travaux seront lancés dès le printemps prochain.