La Voix de l’Est
La Granbyenne Penny Lamarre n’est pas admissible à l’assurance-emploi maladie, faute de ne pas avoir cumulé assez d’heures travaillées entre son premier diagnostic de cancer et sa récidive.
La Granbyenne Penny Lamarre n’est pas admissible à l’assurance-emploi maladie, faute de ne pas avoir cumulé assez d’heures travaillées entre son premier diagnostic de cancer et sa récidive.

Aux prises avec le cancer et privées de revenus

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Depuis son adolescence, Penny Lamarre a toujours travaillé. Sans crier gare, la maladie s’est pointée une première fois dans sa vie en 2018, avec une leucémie aiguë. Après une série de traitements suivie d’une rémission, elle est en attente d’une greffe de moelle osseuse. Comble de tout, elle n’est pas admissible à l’assurance-emploi maladie et doit compter sur la générosité de la population pour survivre financièrement. Et elle n’est pas la seule dans cette situation.