Le maire de Notre-Dame-de-Stanbridge, Daniel Tétreault (sur la photo), et la mairesse de Saint-Ignace-de-Stanbridge, Dominique Martel, se disent prêts à discuter avec Bedford.

Augmentation tarifaire au centre George-Perron: deux municipalités prêtes à négocier avec Bedford

Les maires de Notre-Dame-de-Stanbridge et de Saint-Ignace-de-Stanbridge sont prêts à « trouver des solutions » concernant l’augmentation tarifaire au centre George-Perron de Bedford. Plusieurs citoyens de ces deux municipalités sont impliqués dans les organismes qui utilisent le centre communautaire alors que Bedford demande aux municipalités voisines de participer au financement des lieux.

Le sujet a été abordé lors d’une rencontre entre les maires de Bedford (Yves Lévesque), de Notre-Dame-de-Stanbridge (Daniel Tétreault) et de Saint-Ignace-de-Stanbridge (Dominique Martel) mercredi.

Bien que les discussions sont encore à l’état embryonnaire, le premier magistrat de Notre-Dame-de-Stanbridge assure vouloir faire partie de la solution.

« Nous voulons que dans le pôle, tout le monde s’entraide et que nous travaillions ensemble. Une chaîne a plusieurs maillons et c’est là dessus que l’on doit se diriger », a assuré M. Tétreault.

Daniel Tétreault aurait toutefois préféré attendre d’avoir un plan plus concret à présenter avant de publiciser ses discussions avec Bedford.

« Avec Facebook, les discussions vont très vite et ça dérape parfois. On est conscients qu’il y a des choses à améliorer pour les organismes et on va travailler avec eux », a-t-il indiqué.

Le conseil municipal ne s’est pas encore prononcé sur la question. Il s’agit pour le moment d’une initiative de Daniel Tétreault. Ce dernier estime que son conseil pourrait être d’accord avec la solution qui sera proposée selon ce qu’elle coûtera à la municipalité.

Pas de chèque en blanc

Même son de cloche du côté de la mairesse de Saint-Ignace-de-Stanbridge, Dominique Martel, qui dit comprendre la position de la Ville de Bedford.

« Si j’étais à la place d’Yves Lévesque, je ferais probablement la même chose. Je comprends que Bedford n’a pas la capacité de payer pour tout le monde et nous à Saint-Ignace, on ne peut pas offrir tous ces services. Le conseil est d’accord pour collaborer, mais il n’y aura pas de chèque en blanc. »

Dominique Martel estime que sa municipalité pourrait tout de même verser un montant à la Ville de Bedford correspondant au nombre de ses citoyens utilisant les installations de Bedford.

À LIRE AUSSI : Augmentation des tarifs de location au centre Georges-Perron: Bedford discutera avec les organismes

Bonne nouvelle

Pour le maire de Bedford, Yves Lévesque, qui a plusieurs fois répété sa volonté de voir les municipalités du pôle de Bedford collaborer plus étroitement, il s’agit d’une très bonne nouvelle.

Il avance qu’une troisième municipalité du pôle de Bedford pourrait se joindre aux discussions après les Fêtes. Le pôle compte au total sept municipalités, en excluant Bedford.

Yves Lévesque estime que la balle est désormais dans le camp des autres municipalités afin de trouver des pistes des solutions.

Rappelons que M. Lévesque a dévoilé au début décembre qu’il souhaitait augmenter les loyers payés par les organismes communautaires utilisant le centre George-Perron situé à Bedford puisqu’une grande partie des membres de plusieurs de ces organismes proviennent plutôt des municipalités environnantes.