Le représentant de la Fondation Julie et Paul-Émile Léger, Jonathan Latreille-Chevalier, l’intervenante clinique en post-hébergement Anaëlle Depault et la directrice générale de l’Auberge sous mon toit, Marie-Ève Théberge

Auberge sous mon toit: des services bonifiés en post-hébergement

L’Auberge sous mon toit de Granby offre une aide aux hommes en difficulté qu’elle héberge, mais voilà qu’elle propose maintenant des services pour les accompagner lorsqu’ils quittent les lieux et doivent voler de leurs propres ailes.

« Le nouveau service, c’est avec nos anciens résidents. On va continuer à les soutenir quand ils seront partis. On va continuer à leur tendre la main, explique Anaëlle Depault, intervenante clinique en post-hébergement à l’Auberge sous mon toit. Mon mandat est d’aller chercher les gars dans leur milieu et de les aider. »

L’Auberge, située sur la rue Chapais, offre des services d’hébergement, d’encadrement et de réinsertion sociale aux hommes qui éprouvent des difficultés à différents niveaux. Avant l’arrivée du nouveau service, les anciens résidents devaient se présenter eux-mêmes à l’Auberge s’ils désiraient obtenir de l’aide, que ce soit pour y faire leur lessive ou prendre un repas.

Or, le nouveau service en post-hébergement permettra à l’intervenante de se rendre dans le milieu de vie des ex-résidents et de les aider en fonction de leurs besoins.

« Je vais pouvoir constater quel est leur milieu de vie. Par exemple, au niveau du ménage, je peux les aider à leur rappeler ce qu’ils doivent faire ou établir un horaire avec eux. Je peux aussi les aider côté budget ou les référer à l’ACEF qui pourra les aider », énumère Mme Depault.

Les hommes pourront aussi obtenir des conseils sur les emplettes à faire à l’épicerie ou encore découvrir les loisirs qui sont à leur portée. Des activités s’adressant aux anciens seront également organisées par l’intervenante. Des ateliers de cuisine pourraient aussi leur être offerts.

Le nouveau service est offert grâce à une subvention annuelle de 30 000 $ de la Fondation Jules et Paul-Émilie Léger, et ce, pendant trois ans.