L’église anglicane d’Abercorn pourrait devenir un lieu de rencontre quotidien pour les citoyens et les visiteurs.
L’église anglicane d’Abercorn pourrait devenir un lieu de rencontre quotidien pour les citoyens et les visiteurs.

Au coeur d'Abercorn: un projet de café dans l’église

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Le cœur villageois d’Abercorn pourrait bien changer, l’été prochain, avec l’arrivée probable d’un café et d’une résidence pour artistes.

Jonathan Reid Sévigny a jeté son dévolu sur l’église anglicane pour son projet de café et de résidence pour artistes. Il a déposé une offre d’achat conditionnelle au changement de zonage, qui est en cours de réalisation.

Avant de chercher un endroit où lancer son projet, le jeune homme était copropriétaire du restaurant L’Archipel, à Cowansville. Il a depuis quitté le restaurant et vendu ses parts.

« J’ai pris un an pour réfléchir à ce que je voulais faire après ça. Je savais que je voulais rester dans la région de Brome-Missisquoi et que je voulais être le seul propriétaire. J’ai trouvé l’église anglicane sur la rue des Églises à Abercorn. J’ai regardé partout dans le village et j’ai vu qu’il y avait un marché. J’adore les vieux bâtiments, je trouve qu’il y a quelque chose de magique. »

Il assure que le cachet patrimonial de l’église construite en 1970 ne changera pas. « C’est très important de préserver le caractère de l’église. C’est sûr qu’il y aura du travail à faire : il faut rentrer l’eau, améliorer l’électricité, rendre l’église quatre saisons. » Il espère pouvoir ouvrir les portes de son café en août 2020.

Lieu de rencontres

Lui-même dessinateur, il a voyagé un peu partout dans le monde dans le cadre de résidences d’artistes. Il souhaite se baser sur son expérience vécue au Japon pour son projet. « Je veux recréer l’énergie que j’ai sentie là-bas. Mon idée serait d’avoir trois artistes à la fois. En haut, il y aura des chambres et, en bas, des studios avec le café. »

Au bout de leurs semaines de résidence, leurs œuvres seraient exposées. Les visiteurs et clients pourront aussi interagir avec les artistes présents sur place.

M. Reid Sévigny souhaite également offrir un lieu de rencontre pour les villageois, qui n’existe pas actuellement.

Il est par ailleurs ouvert à collaborer avec les organisateurs des spectacles qui ont lieu l’été dans cette église pour que ces événements perdurent.

De plus, le promoteur propose de créer un jardin communautaire sur le terrain et de louer l’espace pour des événements, comme des mariages.

Faire revivre le village

Le processus pour le changement de zonage au cœur villageois est en cours. Les propriétaires de la zone concernée et des zones contiguës peuvent faire une demande de tenue de registre.

Le changement d’usage concerne en réalité cinq édifices, soit la petite école rouge, les deux églises, l’hôtel de ville et l’ancien presbytère occupé par une brocante.

« J’ai vu la consultation publique et il y a quelques résidents qui ne semblent pas chauds au projet, constate Patricia McCollough, conseillère municipale responsable des dossiers d’urbanisme à Abercorn. Je pense que ceux qui sont contre, ce sont ceux qui avaient une idée, mais qui sont arrivés trop tard pour déposer une offre d’achat. Je pense que le projet est bien accueilli. Il y en a beaucoup qui rêvent d’aller y prendre leur petit café. Il n’y a pas de lieu de rassemblement à Abercorn. »

Le changement prévoit un usage d’un minimum de 50 % de la superficie des bâtiments pour du communautaire ou du commercial. La superficie restante sera à la discrétion du propriétaire, mais chaque projet devra être approuvé par le comité consultatif d’urbanisme et par le conseil municipal.

« Ça mettrait peut-être un peu de vie et permettrait possiblement relancer les autres bâtiments, entrevoit Mme McCollough. Vu que c’est le centre économique, on ne voulait pas se priver d’un renouveau. »