Avant d’être amené en détention, M. Chevanelle a lu en pleurant une lettre d’excuses qui s’adressait aux victimes et à leurs parents, dont certains étaient dans la salle d’audience. Il était en liberté sous conditions depuis son arrestation en 2018.
Avant d’être amené en détention, M. Chevanelle a lu en pleurant une lettre d’excuses qui s’adressait aux victimes et à leurs parents, dont certains étaient dans la salle d’audience. Il était en liberté sous conditions depuis son arrestation en 2018.

Attouchements d’enfants: Stephen Chevanelle pleure et part en prison

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
C’est en sanglotant qu’un ex-disc-jockey d’Acton Vale, en Montérégie, a reçu sa sentence pour avoir fait des attouchements sexuels à six fillettes. Les parties en sont venues à une entente lors du dernier passage en cour de Stephen Chevanelle, 56 ans, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Celui qui se faisait appeler DJ Doum Doum et qui était très impliqué dans la communauté locale, notamment dans le patinage artistique, le cheerleading et les événements spéciaux, s’est vu imposer, le 9 septembre, une peine de cinq ans et neuf mois de prison pour ses crimes.

Avant d’être amené en détention, M. Chevanelle a lu en pleurant une lettre d’excuses qui s’adressait aux victimes et à leurs parents, dont certains étaient dans la salle d’audience. Il était en liberté sous conditions depuis son arrestation en 2018.

En plus de la peine de prison imposée, le quinquagénaire sera inscrit à vie au Registre des délinquants sexuels. À sa sortie de prison, il lui sera interdit d’occuper un emploi qui le placerait en contact avec des jeunes de moins de 16 ans ou de fréquenter tout endroit où il pourrait y en avoir tel que parc, garderie, terrain d’école, piscine publique ou centre communautaire.

Il ne peut non plus communiquer avec ses victimes ou leurs proches.

Stephen Chevanelle avait plaidé coupable en mars à six infractions de contacts sexuels avec des mineures.

Plaidoyer

Entre 2013 et 2018, Stephen Chevanelle a fait des attouchements à six mineures âgées entre quatre et neuf ans. Ses victimes séjournaient à son domicile lorsque les gestes ont été posés. Il ne s’agissait pas de membres de sa famille.

En mars, l’accusé avait plaidé coupable à six infractions de contacts sexuels avec des mineures, évitant la tenue d’un procès. Les charges connexes d’agression sexuelle avaient alors été abandonnées.

À cette date, M. Chevanelle a également prétendu ne pas se souvenir des événements à la suite d’une tentative de suicide au monoxyde de carbone ayant suivi le dépôt des premières accusations. Il a dit qu’il ne serait «pas mesure de présenter une défense à cause d’une détérioration de son état mental», avait indiqué Me Claudie Gilbert, procureure aux poursuites criminelles et pénales.

Me Stéphane Comptois représentait l’accusé, qui n’avait pas d’antécédent judiciaire.