Les plaidoyers de culpabilité ont été enregistrés récemment au palais de justice de Saint-Hyacinthe.
Les plaidoyers de culpabilité ont été enregistrés récemment au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Attouchement d’enfants: un ex-DJ reconnaît ses gestes

Les six jeunes victimes de gestes sexuels commis par un ex-DJ d’Acton Vale n’auront pas à témoigner en cour lors d’un procès.

Stephen Chevanelle, 55 ans, a récemment plaidé coupable à six des 12 accusations déposées contre lui, soit de contacts sexuels avec une mineure, une pour chaque plaignante. En contrepartie, la poursuite a accepté d’abandonner les chefs d’agression sexuelle.

L’accusé « prétend ne pas se souvenir des événements » à la suite d’une tentative de suicide au monoxyde de carbone ayant suivi le dépôt des premières accusations, a indiqué Me Claudie Gilbert, du bureau de la Couronne au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

« Il ne serait pas mesure de présenter une défense à cause d’une détérioration de son état mental », a ajouté la procureure. M. Chevanelle a toutefois été déclaré apte à comprendre le processus judiciaire et il reconnaît les faits reprochés.

Entre 2013 et 2018, celui qui était surnommé DJ Doum Doum a fait des attouchements aux jeunes victimes âgées de sept et huit ans alors qu’elles séjournaient chez lui. Aucune n’a de lien de parenté avec lui.

Il ne s’agissait « pas de gestes très intrusifs », dit Me Gilbert, mais ils constituent tout de même des infractions. « Il était très familier et amical avec les enfants.

Trois fillettes ont d’abord porté plainte en 2018, suivies de deux autres quelques mois plus tard et d’une sixième en 2019.

À LIRE AUSSI: Ex-DJ accusé d’agressions sexuelles: une 6e plaignante mineure s’ajoute

Stephen Chevanelle

Conséquences

L’une d’elles a fourni une déclaration écrite sur les conséquences que les gestes ont eues sur elle et les autres sont invitées à le faire, par écrit ou en personne, avant le retour du dossier en cour en septembre, dit Me Claudie Gilbert.

À cette date, la Couronne et la défense, représentée par Me Stéphane Comptois, doivent plaider pour la sentence à imposer au Valois, qui reste en liberté sous conditions en attendant sa sentence.

La poursuite prévoit demander de deux à quatre ans de prison. Des rapports avant-sentence et sexologiques ont été demandés afin de cerner un éventuel risque de récidive ou l’existence d’un problème de nature sexuelle.

Stephen Chevanelle était très impliqué dans la communauté d’Acton Vale, notamment dans le patinage artistique, le cheerleading et les événements spéciaux. Il n’avait pas d’antécédent judiciaire.