Nickolas Peddle est accusé d’avoir poignardé deux personnes lors d’une dispute survenue à Stanbridge East en 2017.
Nickolas Peddle est accusé d’avoir poignardé deux personnes lors d’une dispute survenue à Stanbridge East en 2017.

Attaque au couteau : le procès de Nickolas Peddle s'amorce

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Les audiences ont commencé, mercredi, au procès devant jury d’un homme accusé d’en avoir poignardé deux autres au cours d’une dispute survenue à Stanbridge East, dans Brome-Missisquoi, en juillet 2017.

Nickolas Peddle, 26 ans et originaire de Sutton, fait face à des accusations de voies de fait graves, voies de fait armées et voies de fait causant des lésions. Il s’expose à une peine maximale de 14 ans de prison.

Les gestes qui lui sont reprochés ont été sommairement décrits par Me Émilie Dion, du ministère public, lors de son exposé d’ouverture au palais de justice de Granby.

Au moment du crime, le soir du 7 juillet 2017, l’accusé a fait irruption chez son beau-père, rue Gendreau, en faisant du tapage avec sa voiture.

Des objets ont été lancés sur le bolide et M. Peddle en est sorti. Son beau-père, Michael Broeckaert, aurait ensuite été « poignardé plusieurs fois par un couteau tenu par l’accusé » ce qui lui vaudra une fracture et un poumon perforé.

Un ami de M. Broeckaert, Pierre Ravenelle, s’est joint au tumulte et a, lui aussi, été poignardé. Il a écopé d’une fracture et d’une blessure à la tête. Tous ont survécu et feront partie de la dizaine de témoins que la Couronne veut faire entendre.

Me Dion a toutefois précisé aux huit femmes et quatre hommes qui composent le jury bilingue — le procès se déroule en français et en anglais — que son énoncé ne constituait pas la preuve et que seuls comptent les documents présentés en cour et les réponses des témoins.

Un beigne avec sa voiture

Le premier appelé à la barre fut le technicien en scène de crime Michel Côté, de la SQ de Sherbrooke. Il a décrit l’état des lieux lors de son arrivée au domicile de M. Broeckaert quelques heures après les événements.

La voiture de l’accusé était alors immobilisée dans un fossé et divers objets, dont des morceaux de rétroviseur, jonchaient le sol. Un vêtement taché de sang et semblant appartenir à l’une des victimes a aussi été retrouvé par terre. 

Selon M. Côté, M. Peddle aurait fait déraper sa voiture de façon circulaire — une manœuvre communément appelée « beigne » — plusieurs fois dans l’entrée de gravelle avant les altercations. Quelques jours plus tôt, il aurait également manifesté des sentiments négatifs envers M. Broeckaert.

Deux semaines ont été réservées pour ce procès présidé par le juge Claude Villeneuve, de la Cour supérieure. Nickolas Peddle est défendu par Me Annie Émond, tandis que Me Émilie Dion est secondée de Me Marie-Line Ducharme à la poursuite. L’accusé est en liberté sous conditions durant les procédures judiciaires.