Les citoyens sont invités à apporter au Cégep de Granby leurs vélos, ordinateurs, tablettes, vêtements, sacs à bijoux, dispositifs ou circuits électroniques, jouets et petits électroménagers pour être réparés gratuitement. Cette activité, qui aura lieu le 2 mars, s’inscrit dans le cadre de la semaine de l’environnement de l’établissement collégial.

Atelier au Cégep de Granby: réparer plutôt que racheter

Le déclencheur de votre grille-pain a flanché. Une soudure défectueuse dans votre ordinateur portable fait qu’il ne démarre plus. La fermeture éclair de votre veste de printemps vous fait pester. Votre satané séchoir à cheveux refuse d’obéir. Les objets qu’on utilise au quotidien nous laissent souvent tomber. Et convaincu de notre incompétence à tenter une réparation, on se résigne à les remplacer au moindre bris.

Il est possible de déjouer l’obsolescence programmée de bien des objets de consommation, soutient Julie Moore Gagné, technicienne en environnement au Cégep de Granby. La meilleure façon est d’apprendre quelques trucs pour les réparer soi-même et ainsi leur redonner une nouvelle vie, dit-elle. C’est dans cette optique que le Cégep convie les Granbyens le lundi 25 mars, de 11 h 30 à 13 h 30, à apporter ces petits objets, sources de tant de frustration, à un atelier communautaire gratuit de réparation.

« On vise deux objectifs : réparer ces objets et transmettre aux gens des connaissances pour qu’ils puissent le faire eux-mêmes la prochaine fois », explique Mme Moore Gagné. « C’est une forme de lutte contre l’obsolescence programmée. Ce qu’on veut, c’est changer le réflexe des gens de toujours jeter leurs objets quand ils ne fonctionnent plus et d’aller à la solution la plus facile qui est d’en acheter des nouveaux. »

Plus largement, l’atelier de réparation permet de susciter une réflexion profonde sur nos moeurs de consommation, renchérit Mme Moore Gagné. « Il y a une interrogation sur notre mode de consommation et sur les impacts causés aux ressources naturelles primaires », insiste-t-elle.

Lors de la journée de l’atelier, qui lancera la semaine de l’environnement du Cégep, les étudiants et citoyens seront accueillis par des professeurs spécialisés en différents domaines. Sous la supervision d’Olivier Touchette, professeur de génie industriel, l’équipe de réparateurs comptera des experts en électronique, en mécanique, en textile et en menuiserie. Un expert en réparation de vélo sera aussi sur place.

Les experts du Cégep sont ouverts à réparer un grand éventail de produits, soutient Mme Moore Gagné. « Tout ce qui peut se transporter facilement », illustre-t-elle. « On invite les gens à les apporter ; on va voir ce qu’on peut faire pour les aider. »

Ce sera la troisième fois que le Cégep de Granby tiendra un tel atelier. Peu de gens y ont participé, note Mme Moore Gagné. « On s’est pris un peu à la dernière minute pour l’annoncer. On espère qu’on aura plus de monde cette fois-ci. »

Les ateliers communautaires de réparation pullulent en Europe, notamment en France et en Belgique. Aux Pays-Bas, le pays qui a lancé l’initiative, les ateliers se déroulent dans des Repair Café. Là, des techniciens de tous les domaines, souvent des retraités, offrent leur expertise gratuitement aux citoyens pour réparer des télécommandes, des bouilloires électriques, des ordinateurs et nombre d’autres objets de consommation.

D’autres pays européens prennent des mesures pour encourager leurs citoyens à faire réparer leurs objets de consommation. En Suède, aucune taxe n’est imposée sur les services professionnels de boutiques de réparation. Des ateliers communautaires de réparation commencent toutefois à voir le jour à Montréal. Ils se tiennent certains week-ends de l’année.