Les lauréats des bourses du cheminement vers l’excellence en art et de soutien aux initiatives culturelles ont été reçus à l’hôtel de ville de Granby, jeudi soir.

Arts et initiatives culturelles: 16 nouveaux boursiers à Granby

Six artistes de Granby se partagent une enveloppe de 21 540 $ dans le cadre du programme de soutien financier aux initiatives culturelles pour réaliser des projets artistiques novateurs en 2020. Treize personnes ont aussi reçu une bourse allant de 500 $ à 3000 $ du programme de cheminement vers l’excellence en art.

La majorité des lauréats étaient présents à l’hôtel de ville de Granby jeudi soir pour recevoir leur bourse. La photographe Catherine Trudeau, la danseuse contemporaine Audrée Papineau-Chartrand et la chanteuse Vanessa Borduas se sont démarquées en recevant chacune deux bourses, en vertu des deux programmes.

Les six projets d’initiatives culturelles rivalisent d’originalité, mais tous impliquent une collaboration avec d’autres artistes de la même ou d’autres disciplines. Mme Trudeau, par exemple, compte lancer un défi photographique à ses confrères et ses consœurs qui mènera à une exposition, mais aussi à des vidéos sur YouTube afin que les curieux comprennent le travail qu’implique une photographie.

Vanessa Borduas s’inspirera d’histoires, d’anecdotes, de souvenirs de Granbyens pour l’écriture de chansons.

Richard Bouffard et son collectif Kronogyre réaliseront un nouveau vidéoclip éclaté.

Sophie Rozenn-Boucher mettra l’eau à la bouche de bien des gens avec ses croquis urbains. Installée dans une boulangerie, par exemple, elle utilisera l’art visuel pour représenter l’art culinaire. Une première œuvre représentant des macarons colorés donnait déjà un bel aperçu de ce qu’elle a en tête.

Danse et film

Audrée Papineau-Chartrand jumèlera le court métrage à la danse. Le court métrage sera une prémisse à une performance en direct de Marie-Michelle Darveau et de la chorégraphe. Le court métrage sera réalisé par Édouard Godbout-Corriveau. La thématique est « ma perception personnelle de la femme, mais aussi la perception qu’on se fait imposer en société ou qu’on s’impose nous-mêmes. J’ai envie de connecter avec différentes femmes de différents milieux. Je vais commencer ma recherche auprès des femmes de mon quotidien, je vais aller chercher l’information nécessaire pour avoir un bagage émotionnel qui va nourrir le mouvement. »

Le court métrage dans lequel on verra danser les deux femmes mettra en place l’ambiance, les lieux et les personnages avant la performance en direct.

L’artiste arrive à gagner en partie sa vie grâce à la danse, mais elle doit garder un emploi à temps partiel. Elle n’y serait par contre pas arrivée sans l’aide financière de la Ville, a-t-elle confié. « Je ne pourrais pas vivre juste de ça comme créatrice. Comme interprète, si je prenais la décision d’aller chercher des contrats, je pourrais en vivre. Mais j’ai un besoin de création qui est trop important. Il n’y a pas beaucoup d’opportunités en danse et ce sont les mêmes compagnies souvent qui vont aller chercher les mêmes danseurs. C’est important pour moi de créer des opportunités dans mon milieu. »

Musique et photographie

L’enseignant en chant Olivier Chagnon fera vivre son projet à ses élèves actuels ou anciens avec la collaboration de Catherine Trudeau. Souvent, les élèves lui demandent d’interpréter des chansons de leurs idoles, mais sans toutefois se les approprier. Cette fois-ci, l’adaptation est au cœur du projet qui sera présenté en 2020.

« Je ne voulais pas juste présenter un projet d’adaptation musicale parce qu’on en entend un peu partout, explique-t-il. J’avais travaillé avec Catherine sur le projet Mission insolite en vidéo. Pour travailler avec Catherine sur d’autres projets photo, je voulais vraiment aller chercher le maximum de son talent et faire vivre aux élèves une expérience encore plus complète. »

Une chanson pop pourrait prendre des airs jazz, de même qu’une chanson folk pourrait se transformer en rap. Les cinq élèves choisis vivront certainement des émotions qu’ils seront invités à partager avec la photographe. Elle-même sera à l’écoute de ce qu’elle ressent en écoutant la chanson revisitée. De là résultera la partie visuelle du projet.

Le tout sera présenté en exposition. Devant les photographies, les visiteurs pourront écouter la chanson en vivant les émotions transmises par la musique, les voix et l’image.

Brochette variée

« Je suis toujours impressionné par la variété des lauréats, commente Patrice Faucher, directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire. Au départ, quand on a lancé le programme, on se demandait ce qu’on allait avoir. On croyait qu’on allait surtout avoir des gens en musique et en arts visuels, ce qui est plus commun. Mais on a des gens en danse, en vidéo, en photo, etc.. On est content d’avoir une variété dans le choix des projets. »

Depuis 2010, des bourses d’initiatives culturelles ont été octroyées pour 51 projets, pour un montant de 210 223 $.

Pour le cheminement vers l’excellence en art, 123 bourses ont été données depuis 2009 soit l’équivalent de 210 500 $. De nouveaux visages ont par ailleurs fait leur apparition dans ce programme.

« Je crois que c’est un programme qui est de plus en plus connu, souligne Sara Marcil Laurin, coordonnatrice à la vie culturelle, à propos du cheminement vers l’excellence en art. Les candidatures sont assez diversifiées. »

Les candidats doivent avoir entre 18 et 30 ans pour postuler. Les bourses permettent aux jeunes artistes de se développer en ayant accès à des cours, des stages de formation ou de perfectionnement, des concours et des événements.

À l’instar de Catherine Trudeau, Vanessa Borduas et Audrée Papineau-Chartrand, Laurence-Anaïs Belleville (comédienne), Augustin Chapdelaine (photographe), Alexandre Comtois (peintre, sculpteur, photographe et performeur), Laura Côté-Hallé (comédienne et chanteuse), Édouard Godbout-Corriveau (cinéaste), Vénus Grivegnée-Dubé (vidéaste et compositrice de musique électronique), Camille Lacasse (peintre et sculpteure), Marc Lamontagne (cinéaste et artiste médiatique), Meredith Parent-Delgadillo (peintre et sculpteure) et Vincent Pollender (pianiste) ont reçu une bourse pour poursuivre leur cheminement.