France Anne Morrison et Dominic Ethier auraient été agressifs lors de leur passage au Centre Bell, mardi dernier.

Arrêté à Montréal: le couple de Bromont aurait été turbulent

Le couple de Bromont, qui soutient avoir été malmené par les policiers lors d'un concert au Centre Bell le 20 juin dernier, aurait été turbulent et agressif. Des témoins indiquent aussi que les jeunes gens étaient intoxiqués.
Dominic Ethier et France Anne Morrison ont exhibé à TVA, lundi, les ecchymoses qu'ils disent avoir subies lors de l'arrestation musclée de M. Ethier survenue en marge d'un concert des Red Hot Chili Peppers­. Le couple dit avoir demandé l'aide des placiers de l'amphithéâtre montréalais, quelques minutes plus tôt, car leurs sièges semblaient déjà occupés.
Puis, à l'extérieur du Centre Bell, ils ont eu maille à partir avec les policiers parce que, toujours selon le couple, Mme Morrison filmait leurs échanges. Ils n'ont pas mentionné avoir quoi que ce soit à se reprocher et affirment avoir été injustement traités.
Refus
Gestionnaire aux relations­ publiques chez evenko, Christine­ Montreuil fournit un autre son de cloche. M. Ethier et Mme Morrison­ « ont refusé à plusieurs reprises de montrer leurs billets en plus de déranger les spectateurs qui étaient dans cette section­ », indique-t-elle par courriel.
« Les agents de sécurité du Centre Bell sont intervenus pour leur demander de quitter l'édifice et devant leur refus, ils ont dû les escorter à l'extérieur. »
Mme Montreuil ajoute que les deux clients ont eu « un comportement inacceptable (agressifs et ils n'obtempéraient pas aux consignes du personnel du Centre Bell) ».
Via Facebook, deux présumés témoins de la scène soutiennent de plus que le couple était intoxiqué, surtout « la dame » qui « a refusé de sortir et a même frappé un des agents de sécurité », écrit Sylvie Desrochers. « Ils ont dû la faire sortir de force. »
Contravention
Clairement, les choses ne se sont pas calmées avec l'intervention des policiers, M. Ethier devant être menotté sur le trottoir, face contre terre, pendant que sa conjointe s'écriait « qu'est-ce qu'on a fait ? ».
Le Service de police de la Ville de Montréal a indiqué mardi avoir démarré une enquête interne sur cette intervention, tout en refusant de faire de plus amples commentaires. Un porte-parole a cependant précisé à La Voix de l'Est que la contravention de 400 $ que le couple a reçu lors de cette soirée mouvementée était due au bruit excessif produit sur la voie publique.
Il n'a pas été possible de joindre le couple, mardi. Christine Montreuil, d'evenko, souligne que la sécurité relève du Centre Bell et non de son employeur, mais que « la sécurité des spectateurs du Centre Bell demeure notre priorité ».