"Ce n'est pas parce que l'on diminue les effectifs un mois qu'on ferme l'usine", assure le président d'AAER, Dave Gagnon.
"Ce n'est pas parce que l'on diminue les effectifs un mois qu'on ferme l'usine", assure le président d'AAER, Dave Gagnon.

Arrêt temporaire chez AAER

Cynthia St-Hilaire
Cynthia St-Hilaire
La Voix de l'Est
À compter d'aujourd'hui, les employés de la production du fabricant d'éoliennes AAER à Bromont amorceront un arrêt de travail d'un mois. Le président de l'entreprise, Dave Gagnon, assure qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter.
La Voix de l'Est a été informée de ce licenciement temporaire par un courriel acheminé par un actionnaire en début de semaine. Seuls les ingénieurs et les employés de bureau demeureront en poste pendant cet arrêt temporaire.
 
Le président d'AAER n'a pas apprécié être questionné sur ce licenciement. «On prend une pause, a-t-il résumé. Ça fait depuis janvier qu'on roule à plein régime. Ce n'est pas parce que l'on diminue les effectifs un mois qu'on ferme l'usine. Pendant cette période il ne se passe rien. Les gens sont en vacances.»
Le gestionnaire soutient que l'arrêt de travail n'a pas de lien avec les résultats financiers enregistrés par AAER pour le premier trimestre de 2009. Les pertes de l'entreprise étaient deux fois plus élevées qu'à pareille date l'an dernier. «On ne peut pas compa-rer les deux, souligne-t-il. L'an passé, à la même période, on démarrait l'usine. Depuis, nous avons investi beaucoup d'argent dans les efforts de vente et la formation du personnel. Nous sommes passés de 25 à 80 employés.»
M. Gagnon a rappelé que AAER a conclu une entente de principe avec le promoteur Northlan Power pour la construction de 61 éoliennes de 1,65 mégawatts qui seront installées à Saint-Maxime-du-Mont-Louis en Gaspésie. Des conditions restent toutefois à être discutées avant que le contrat ne soit signé pour de bon. Le président fait aussi savoir que d'autres contrats sont au stade des négociations.