Caroline Viau, représante du programme pour enfants amputés de l’Association des Amputés de guerre, désire appeler à la prudence face aux tondeuses et outils dangereux.
Caroline Viau, représante du programme pour enfants amputés de l’Association des Amputés de guerre, désire appeler à la prudence face aux tondeuses et outils dangereux.

Appel à la prudence de l’Association des Amputés de guerre: «Une tondeuse n’est pas un jouet»

Chaque année, des enfants sont victimes d’accidents de tondeuse et subissent une amputation. Caroline Viau, représentante du programme pour enfants amputés (LES VAINQUEURS) de l’Association des Amputés de guerre, désire mettre en garde les familles du danger potentiel de ces machines.

«Avec la saison des tondeuses qui arrivent, il faut être prudent. Ce ne sont pas des jouets. Un accident est vite arrivé, et tout accident en est un de trop», indique Mme Viau, qui a elle-même été victime d’un accident de boucherie nécessitant l’amputation de son avant-bras à l’âge de cinq ans.

Le programme «Jouer prudemment!» de l’Association des Amputés de guerre vise à sensibliser et inviter les jeunes à la prudence vis-à-vis les endroits et objets avec lesquels ils jouent.


« Les accidents, c’est la seule chose qui peut être prévenue. Soit un enfant naît avec l’amputation ou souffre d’une maladie, soit c’est dû à un accident, qui aurait toujours pu être évité. »
Caroline Viau, représentante de l'Association des Amputés de guerre

Des outils dangereux

En plus des tondeuses, Caroline Viau met en garde contre les lignes électriques, les bateaux, les outils de ferme et les chantiers de construction. «Ça ne pardonne pas», dit la résidente de Bromont qui côtoie régulièrement des enfants ayant été victimes d’un accident avec l’un ou l’autre de ces éléments.

Elle invite à respecter les règles et les pancartes en place, et à faire attention lors de balades à vélo ou en patins à roulette.

«Enfants, lorsqu’on joue, la prudence n’est pas toujours un réflexe. C’est important de sensibiliser les enfants et les parents qu’être à l’affût et alerte peut sauver du danger».

«C’est ce qui reste qui compte»

Représante auprès de l’Association des Amputés de guerre depuis 2014, et ayant elle-même bénéficié de leurs services, Caroline Viau veut donner espoir aux parents qui ont un enfant amputé.

«Pour les parents, ça les réconforte et leur donne espoir de savoir que je suis mère de quatre enfants, que je travaille, que je vis bien».

Le programme LES VAINQUEURS offre des séminaires et du soutien par les pairs qui permettent de discuter et de rencontrer des personnes ayant vécu une situation semblable.

«Les enfants, on les appelle les vainqueurs, parce qu’ils surmontent leur amputation, et parce qu’on veut mettre l’emphase sur ce qui reste. Notre philosophie est ‘‘c’est ce qui reste qui compte’’. Valoriser leurs forces, mettre l’accent sur tout ce qu’ils peuvent accomplir.»

L’Association des Amputés de guerre aide également à l’achat de prothèses spécialisées qui permettent aux enfants de vaquer à leur activité préférée: natation, golf, corde à danser, musique, etc.

Pour faire un don et pour plus d'information, visitez le site www.amputesdeguerre.ca.