La conseiller municipal de Bromont Marc-Édouard Larose et Mario Beauvais, directeur du service des ressources matérielles à la commission scolaire du Val-des-Cerfs, ont inspecté le toît de l’édifice la semaine dernière.

Annexe endommagée à Saint-Vincent-Ferrier: les deux classes sont fusionnées

Malgré la dégradation de son annexe, causée par des infiltrations d’eau, la rentrée s’est déroulée sans heurt à l’école primaire Saint-Vincent-Ferrier de Bromont.

Les deux classes de 6e année qui devaient normalement entrer dans cette unité modulaire — aussi appelée roulotte — ont été déplacées à la bibliothèque, dans le bâtiment principal de l’établissement de la rue Adamsville.

Elles ont également été fusionnées, ce qui signifie que les deux enseignantes travaillent conjointement avec une classe double.

Par effet domino, les équipements de la bibliothèque ont quant à eux été placés dans la classe d’anglais. Celle-ci, tout comme le local de musique que contenait aussi l’annexe, devient une « classe mobile », indique Alexandra Langlois, coordonnatrice aux communications à la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

Un scénario qui a été « approuvé à l’unanimité par l’équipe-école », dit Mme Langlois.

La présence de postes informatique à la bibliothèque a posé problème, mais là aussi l’établissement a trouvé une solution : certains resteront dans la classe double tandis que les autres seront réaménagés dans les autres classes.

Travaux bâclés ?

Des infiltrations d’eau causées par des travaux de revêtement qui auraient été mal faits ont empêché les élèves des deux classes de 6e d’entamer leur année dans l’annexe.

C’est un responsable de l’entretien qui a sonné l’alarme, le 20 août, en constatant qu’une porte ne fermait plus.

De la moisissure dans les murs, des colonnes affaissées et un plancher qui gondole ont ensuite été constatés par la Ville de Bromont, qui est propriétaire de cette unité après l’avoir acheté via la commission scolaire en 2016.

Val-des-Cerfs considérait à l’époque que l’annexe était rendue trop vieille et voulait la retirer. Dans le souci de garder ses élèves à Bromont, la Ville l’a alors achetée pour 100 000 $ — de concert avec la municipalité de Brigham — et devait s’occuper de son entretien.

Recours

Joint cette semaine, le maire Louis Villeneuve a indiqué que Bromont est présentement à étudier ses recours. Elle fait notamment évaluer le bâtiment par ses assureurs.

« On veut se faire une tête », dit M. Villeneuve. Il n’exclut pas d’éventuelles discussions avec Val-des-Cerfs et Québec afin de permettre aux élèves du secteur Adamsville de continuer de fréquenter leur école à long terme.

Avec ses 315 élèves, Saint-Vincent-Ferrier est déjà à pleine capacité, dit Mme Langlois. L’autre école primaire de Bromont, La Chantignole, a encore quelques places, mais les projections démographiques indiquent qu’elles seront vite comblées.

De l’espace est toutefois disponible à l’école primaire de la municipalité voisine, Saint-Alphonse-de-Granby.