Isabelle Brochu (à gauche) et Lise Faucher (à droite), respectivement directrice générale et résidente du Centre d’aide aux entreprises, ont présenté les résultats du dernier exercice financier de l’organisme.

Année record pour le CAE

Le Centre d’aide aux entreprises Haute-Yamaska et région (CAE) a connu sa meilleure année en matière d’investissements depuis 5 ans. Au total, près de trois millions de dollars ont été investis auprès de 27 entreprises de la région ce qui a permis de créer ou de maintenir 198 emplois.

Ces résultats plutôt positifs s’expliquent par la vigueur de l’économie canadienne, mais également par plusieurs changements apportés au sein du Centre d’aide aux entreprises. « On devient plus sexy pour attirer des nouveaux clients ! », souligne Isabelle Brochu, directrice générale du CAE. L’organisme a dévoilé, mercredi matin au Centre sportif Artopex, les détails de son dernier exercice financier qui se terminait le 31 mars dernier.

Entre autres incitatifs, les frais d’ouverture d’un dossier ont été diminués de moitié. Les taux d’intérêts sur les prêts de l’organisme, qui se situaient entre 7 et 10 %, ont également été revus à la baisse pour se situer maintenant entre 6,5 et 8 %, selon le dossier du demandeur.

Plus de femmes
Le nombre de femmes à la tête des entreprises a par ailleurs grimpé en flèche.

Près du tiers des propriétaires d’entreprises dans la région sont maintenant des femmes et la tendance continue d’augmenter. « C’est plus du double que l’année passée ! », se réjouit Mme Brochu.

« Les femmes prennent plus leur temps avant de se lancer en affaires, mais une fois lancées, les chiffres prouvent que les chances de survie de leur entreprise sont plus élevées que celles des hommes », ajoute la directrice générale du CAE.

Cela n’est peut-être pas étranger au fait que le CAE gère depuis l’an dernier le programme Entrepreneurship au féminin, destiné à augmenter la participation des femmes dans le milieu des affaires. Seulement au cours de la dernière année, 47 femmes ont participé aux ateliers du programme et 36 % d’entre elles ont démarré leur entreprise.

Virage numérique
Pour une deuxième année, le programme de Soutien aux petites entreprises (SAPE) a donné un coup de pouce aux entrepreneurs à la « mise en œuvre de stratégie visant l’intégration des technologies de l’information et le commerce en ligne », selon le rapport annuel du CAE. Durant le dernier exercice financier, 11 entreprises ont eu droit à une contribution de 1000 $.

Une bonne partie de ces sommes sont demeurées dans la région, selon Isabelle Brochu. « Le CAE a un portfolio d’entreprises spécialisées dans le numérique, comme la conception de site Web. Quand une entreprise est intéressée par un service, mais qu’elle n’a pas son fournisseur, on lui suggère d’aller voir dans notre portfolio. »

Depuis l’ouverture du fonds en 1985, le CAE maintient un « effet de levier » de 3,68 $, c’est-à-dire que chaque dollar investi, via les différents programmes de soutien, prend 386 % de valeur. Les investissements du CAE ont jusqu’à présent rapporté plus de 185 millions de dollars. Les entreprises soutenues œuvrent principalement du secteur des services et du détail.