Le maire d’Ange-Gardien, Yvan Pinsonneault

Ange-Gardien songe à aménager une patinoire permanente

La municipalité d’Ange-Gardien envisage de se doter d’une patinoire permanente afin que ses citoyens puissent profiter davantage de la saison froide.

« On a déjà une patinoire, mais celle-ci est temporaire, explique le maire Yvan Pinsonneault. Ce sont des bandes de bois qu’on installe à l’automne sur le terrain de la commission scolaire et qu’on enlève au printemps. Avec la construction du nouveau gymnase à l’école [Jean-XXIII], la cour d’école n’est plus assez grande pour la patinoire. »

L’infrastructure sera donc montée sur le terrain de balle, cet hiver, mais cet emplacement ne pourrait accueillir une patinoire durant toute l’année, ni un chalet comprenant des installations sanitaires et un endroit pour chausser ses patins.

Une patinoire permanente serait également plus résistante aux aléas de la nature. « Quand il y a le redoux, tout est à refaire. Une structure permanente serait dotée d’une fondation qui permettrait de conserver la glace plus longtemps, donc d’offrir le service plus tôt et plus tard dans la saison », renchérit l’élu.


«  Avec la construction du nouveau gymnase à l’école [Jean-XXIII], la cour d’école n’est plus assez grande pour la patinoire.  »
Yvan Pinsonneault, maire d’Ange-Gardien

Le conseil municipal souhaite se pencher sur une solution à plus long terme, a-t-il fait savoir lors de l’assemblée publique de lundi. Le tout en est encore à ses premiers balbutiements, alors qu’il faut déterminer le type de projet, les sites potentiels pour mettre en place celui-ci et en évaluer les coûts avant d’aller de l’avant.

Les élus entendent donner le mandat d’étudier la question à Loisir et Sport Montérégie. « On veut être prêts si un programme de subvention lance un appel de projets, indique M. Pinsonneault. Pour l’instant, on lance les démarches à titre exploratoire. »

La municipalité sondera aussi la Caisse populaire Desjardins de La Pommeraie pour connaître son intérêt à investir dans l’initiative. « Desjardins réserve toujours des sommes pour financer une partie des projets de la communauté », relève M. Pinsonneault.

La Commission scolaire des Hautes-Rivières pourrait elle aussi être partenaire du projet, si la patinoire est accessible aux élèves durant les heures de classe, estime Yvan Pinsonneault. Des discussions devront avoir lieu en ce sens, ainsi qu’avec d’autres instances locales et régionales.

« On veut sonder l’appui de ces organisations afin de démontrer l’intérêt du milieu envers le projet », note Brigitte Vachon, directrice générale de la municipalité.