La SQ rencontrera prochainement l'ancien ministre libéral Pierre Paradis, pour recueillir son témoignage.

Allégations d'inconduite sexuelle: Pierre Paradis va bientôt rencontrer la SQ

L'ex-ministre Pierre Paradis va pouvoir donner prochainement sa version des faits aux enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ), qui cherchent à faire la lumière sur les allégations d'inconduite sexuelle dont il fait l'objet.
La Presse canadienne a appris lundi que l'enquête policière est terminée dans ce dossier.
Il ne reste plus qu'à recueillir un dernier témoignage: celui du principal intéressé, ce qui ne saurait tarder d'ailleurs, même si l'état de santé de M. Paradis demeure fragile et variable.
La date n'est pas encore fixée, mais une rencontre est prévue avant le congé pascal, idéalement.
Après deux mois de repos complet, l'ex-ministre de l'Agriculture aurait donc pris un peu de mieux, suffisamment en fait pour être apte à répondre aux questions des enquêteurs de la SQ, selon les informations obtenues.
Lui-même avocat, l'ancien député libéral devenu indépendant a choisi une avocate criminaliste bien connue pour le représenter, Me Nadine Touma. On se rappellera qu'elle était, notamment, l'avocate de l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, qui a plaidé coupable aux accusations de fraude, complot et abus de confiance qui pesaient contre lui.
La visite de la SQ à Bedford a dû être reportée depuis des mois, en raison de l'état de santé défaillant du député de Brome-Missisquoi, victime d'une sévère commotion cérébrale au cours des derniers mois.
Entre-temps, les enquêteurs ont cependant pu s'entretenir avec la plaignante, une ancienne employée politique de M. Paradis.
À la suite de leur entretien avec l'ancien ministre, les enquêteurs de la SQ devraient alors être en mesure de déterminer s'il y a lieu ou non de transmettre le dossier au bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en vue de porter éventuellement des accusations.
Depuis que ces allégations d'inconduite sexuelle ont été rendues publiques, fin janvier, au moment même où il éprouvait de sérieux problèmes de santé, M. Paradis est resté totalement silencieux et totalement absent de la sphère publique.
Il n'a donc jamais nié ou confirmé les faits allégués, ni donné quelque indication que ce soit sur son avenir politique.
Depuis son retrait de la vie publique, il n'a pas davantage donné suite aux demandes d'entrevue.
Son bureau de circonscription demeure avare de commentaires sur l'évolution de son état de santé, mais des proches du député contactés lundi ont indiqué que le député demeurait très affecté par la violente commotion cérébrale subie il y a quelques mois et qu'il n'était toujours pas en mesure de reprendre ses activités.
Il souffre encore de maux de tête et de nausées.
Il a vu ses médecins la semaine dernière et il n'est pas exclu qu'il doive passer d'autres examens.
Début février, après des examens subis à l'hôpital, ses médecins lui avaient ordonné un repos complet pour une durée indéterminée, chez lui, à Bedford.
L'ex-ministre de l'Agriculture, âgé de 66 ans et député libéral de Brome-Missisquoi sans interruption depuis 1980, avait été expulsé du conseil des ministres et du caucus libéral, en raison de l'enquête policière de nature criminelle menée à son sujet.