Le candidat de Québec solidaire dans Brome-Missisquoi, Alexandre Legault

Alexandre Legault s’engage à améliorer le transport en commun

S’il est élu, le candidat de Québec solidaire dans Brome-Missisquoi, Alexandre Legault, promet des mesures concrètes pour améliorer l’offre de transport en commun dans la région. Ce dernier avait choisi l’Autoparc 74 de Bromont, vendredi matin, comme cadre pour dévoiler ses engagements locaux en la matière. À commencer par le rétablissement, d’ici l’été prochain, de la ligne directe de transport interurbain Sutton/Cowansville/Farnham/Montréal.

Il propose également de mettre en place, de concert avec la MRC Brome-Missisquoi, des lignes régionales à passages fréquents : une reliant Bedford, Dunham, Cowansville, le Parc scientifique de Bromont, l’Autoparc 74 et Granby ; une autre incluant Sutton, Cowansville, Farnham et Saint-Jean ; une troisième faisant le lien entre Waterloo et Granby ; de même qu’un circuit joignant Bedford, Farnham et Ange-Gardien.

« Cela permettrait aux travailleurs et à la population de se déplacer à coûts abordables, sans devoir acheter deux véhicules », affirme-t-il.

Dans la foulée, il s’engage également à financer une plateforme numérique qui permettrait de gérer le maillage entre les diverses offres de transport dans Brome-Missisquoi.

Advenant son élection, la possibilité de créer un système d’autopartage régional serait aussi étudiée.

« Oui, ça va coûter quelque chose, mais ça en vaudra la peine, assure M. Legault. Dans la région, il n’y a presque aucun transport en commun entre les municipalités. C’est un frein à son développement économique et à son pouvoir d’attractivité. »

Réseau public
Le représentant de Québec solidaire souligne par ailleurs l’importance de voir un acteur public mettre sur pied un système de transport en commun interurbain, faisant ainsi référence à l’engagement de son parti de nationaliser ce type de service.

Québec solidaire propose en effet de racheter les compagnies privées d’autocars, souvent subventionnées, pour créer l’Agence du transport interurbain (ATI).

« Le modèle d’affaires privé est en difficulté et en décroissance », insiste M. Legault.

Il rappelle que c’est l’entreprise Limocar qui détient présentement le « monopole » de la ligne Sherbrooke-Montréal, offrant une solution de transport qui ne sied pas à tous.

« Il en coûte près de 46 $ pour un billet aller-retour Bromont-Montréal. Il faut baisser les prix, qui ne sont pas accessibles à tout le monde, et augmenter l’efficacité du service. »