L'une des présumées victimes d'Éric Dubois (photo) a raconté avoir visité une «salle érotique» chez l'accusé.

Agression sexuelle sur des mineures : une victime attirée dans une «salle érotique»

C'est en amenant l'une de ses présumées victimes dans une «salle érotique» située dans son garage qu'Éric Dubois aurait tenté de la convaincre d'avoir des échanges sexuels avec lui.
Après quelques minutes passées dans la pièce regorgeante de lotions et d'accessoires tels que vibrateurs et ceintures à pénis, il l'aurait coincée contre une table à massage en plongeant sa main dans son sous-vêtement, les doigts enduits d'une crème «stimulante».
Malgré l'opposition de la jeune fille de 16 ans, l'accusé, qui en avait alors 34, aurait persisté pendant une trentaine de secondes avant de se raviser en justifiant qu'elle était «gênée». La victime est ensuite retournée chez elle à vélo.
Tous les détails dans notre édition de mercredi