C'est dans ce camion que l'agression qui a envoyé un quinquagénaire à l'hôpital s'est déroulée la semaine dernière. Deux suspects ont été arrêtés en lien avec cette affaire.

Agression dans le stationnement du cégep: un deuxième suspect arrêté

Un deuxième individu soupçonné d’être impliqué dans l’agression armée survenue la semaine dernière dans un véhicule garé dans le stationnement du Cégep de Granby a été arrêté vendredi. Stéphane Auger est non seulement accusé d’avoir blessé le quinquagénaire, mais également de s’en être pris physiquement à son coaccusé dans cette affaire.

Le Granbyen âgé de 40 ans a été arrêté vendredi soir par les enquêteurs de la Sûreté du Québec et a d’abord comparu par voie téléphonique, a annoncé lundi matin la Sûreté du Québec. Des accusations de voies de fait causant des lésions corporelles ont été formellement déposées contre lui, lundi, lors de sa comparution au palais de justice de Granby.

À LIRE AUSSI: Agression à Granby: cinq accusations contre un trentenaire

Les policiers le soupçonnent d’avoir participé à l’agression qui a envoyé un quinquagénaire à l’hôpital. La victime, ensanglantée, a fait irruption vendredi dans le cégep pour obtenir de l’aide après avoir été poignardée. L’homme âgé de 52 ans a subi des blessures au cou et au menton, mais sa vie est hors de danger. 

Auger est accusé de l’avoir blessé, mais également de s’être livré à des voies de fait et d’avoir blessé son coaccusé dans cette affaire, Maxime Villeneuve, âgé de 32 ans. 

Rappelons que le trentenaire a été arrêté quelques heures après l’agression par les policiers du Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la SQ. Blessé, il a d’abord été transporté par ambulance à l’hôpital avant d’être interrogé par les enquêteurs. Il est accusé de séquestration, de voies de fait et de menaces à l’endroit de la victime, un membre de sa famille, avec qui il lui est désormais interdit de communiquer. Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés à Granby, mais également à Saint-Hyacinthe. 

Non-respect des conditions

Au terme de sa comparution, Villeneuve a été envoyé à l’hôpital pour y subir une évaluation psychiatrique afin de déterminer son aptitude à comparaître. Au moment où les faits qui lui sont reprochés ont été commis, il brisait également une de ses conditions dans un autre dossier. Il devait séjourner au Toxi-co-Gîtes, un centre spécialisé dans le traitement des dépendances à Upton, ce qu’il n’a pas respecté.