Après des jours d’angoisse à la suite de l’affaissement de la structure de l’Octogone Plaza, à Granby, les occupants de la dizaine de logements évacués ont pu récemment réintégrer les lieux.

Affaissement à l’Octogone Plaza: les propriétaires mettent leur autre projet en veilleuse

Après des jours d’angoisse à la suite de l’affaissement de la structure de l’Octogone Plaza, à Granby, les occupants de la dizaine de logements évacués ont pu récemment réintégrer les lieux. La famille Landry, propriétaire du bâtiment résidentiel d’une centaine d’unités, a par ailleurs mis sur la glace la construction de l’immeuble de 79 logements à proximité, un projet estimé à 13,5 millions $.

Étant donné les problèmes de structure à l’Octogone Plaza, plusieurs locataires ont confié à La Voix de l’Est être très inquiets du projet d’immeuble adjacent, destiné à la clientèle de 55 ans et plus.

Le dynamitage requis pour la construction de l’imposante bâtisse est au coeur des craintes des résidents actuels du secteur. Les propriétaires ont donc fait volte-face. Du moins à court terme.

« À cause du dynamitage, on va laisser la poussière retomber. On ne dit pas que ce projet est mort, mais ça ne se fera pas cette année », a mentionné en entrevue Robert Landry, membre de la famille de promoteurs.

Baptisé le Diplomate, le nouvel immeuble de six étages, qui devait être prêt initialement en 2021, devait compter notamment 92 espaces de stationnement intérieur répartis sur deux étages, a dévoilé La Voix de l’Est en novembre dernier.

On devait également retrouver dans l’immeuble, prévu sur la rue Montée des Seigneurs, une piscine intérieure, une salle communautaire puis des salles d’exercice et de billard. Les promoteurs envisageaient aussi de construire des jeux extérieurs (pétanque, balançoires) et un potager.

En ce qui concerne les problèmes majeurs de structure à L’Octogone, ils sont survenus le 4 mars en soirée. Une colonne d’acier près de la piscine s’est alors affaissée, affaiblissant la structure du plancher de la dizaine de logements au-dessus. La corrosion prématurée de la colonne métallique serait en cause. Sa dégradation aurait été engendrée par le contact avec l’eau du bassin, a fait valoir M. Landry.

Après des jours d’inspection et de multiples expertises, « tout est revenu à la normale. L’ingénieur a statué que le bâtiment est sécuritaire », a spécifié l’homme d’affaires, évoquant que les travaux pour remettre la structure en bonne condition s’échelonneront sur deux à trois semaines.

Essentiellement, a-t-il précisé, la colonne d’acier sera remplacée par un pilier de béton.