Le directeur général de l’aéroport Roland-Désourdy, Robert Blais

Aéroport Roland-Désourdy: « C’est un deal »

Quelles sont les retombées de l’aéroport Roland-Désourdy ? Comment se porte le monde de l’aviation régionale ? Quelles sont les opportunités à venir ? Autant de questions auxquelles le public pourra obtenir des réponses le 2 mai, en participant à une séance d’information tenue à la Ferme Héritage Miner de Granby.

Le directeur général de l’aéroport Roland-Désourdy, Robert Blais, avait évoqué à La Voix de l’Est en février qu’une telle rencontre figurait parmi les projets à venir. Un des principaux objectifs de cette séance consiste à déboulonner certains mythes concernant l’infrastructure aéroportuaire, a-t-il réitéré. « On croit que c’est important de changer les perceptions qu’ont les gens de notre territoire, notamment à Granby, concernant l’aéroport. Ce n’est pas uniquement un endroit où quelques amateurs laissent leur avion pour leur loisir. Ça amène de véritables retombées économiques dans la région. C’est important que le public ait l’heure juste. »

Un sondage avait été réalisé en 2016 auprès des entreprises établies à l’aéroport Roland-Désourdy, rapportait La Voix de l’Est. Celles-ci ont alors acheminé au comptable agréé granbyen Alain Tétreault des données financières ainsi que les villes où sont situés leurs fournisseurs.

Retombées
Selon le document regroupant les statistiques compilées, les huit compagnies qui sont installées sur le vaste site aéroportuaire ont un chiffre d’affaires global de 3,97 M$. Les achats chez l’ensemble de leurs fournisseurs s’élèvent à 1,07 M$ par an. Cette somme est répartie comme suit dans la région : 43,2 % à Bromont, 12,5 % à Granby, 6,5 % à Cowansville et 37,8 % pour les autres localités.

Ces entreprises emploient 45 personnes en haute saison, tandis que 34 individus y travaillent en dehors de la période de pointe. Quatorze de ces employés habitent à Bromont, 12 à Granby, deux à Cowansville et six dans d’autres municipalités. La masse salariale (annuelle) est de 1,35 M$.

Notons que le budget de l’aéroport avoisine 900 000 $. Chacune des trois villes propriétaires de l’aéroport, soit Bromont, Granby et Cowansville, verse annuellement une quote-part de 96 000 $. Un investissement minime pour les municipalités comparativement aux retombées, estime M. Blais. « D’un point de vue direct, c’est un deal », avait-il lancé en entrevue.

Places limitées
La rencontre aura lieu dès 18 h. L’endroit permet d’accueillir 100 personnes. Ainsi, outre les élus de Granby, de Cowansville et de Bromont, les personnes souhaitant participer à l’événement sont invitées à s’inscrire via un hyperlien ou par courriel, qu’elles trouveront sur la page Facebook de l’aéroport. Une présentation du portrait de l’aéroport est au programme. Suivra une période de questions. Parmi les invités, notons Maude Gervais, finissante à la maîtrise en aménagement du territoire et développement régional de l’Université Laval, ainsi que Romain Girard, directeur général du Conseil des aéroports du Québec.