Adoption des grilles-horaires dans le tumulte

Malgré l'opposition de près d'une soixantaine d'enseignants auxquels l'entrée a été refusée, le conseil des commissaires de la Commission scolaire des Hautes-Rivières a adopté mardi soir les grilles-horaires de vingt écoles primaires, dont l'école Saint-Vincent de Saint-Césaire, et les grilles-matières de 17 établissements, dont l'école Jean XXIII d'Ange-Gardien.
Rappelons que la commission scolaire souhaite faire passer de six à dix jours le cycle scolaire dans ses écoles primaires. De surcroît, de six périodes de 50 minutes par jour, on passerait à cinq périodes de 60 minutes. Ce faisant, on souhaite augmenter le temps de classe des élèves avec leur professeur titulaire, au détriment du temps passé avec les spécialistes en anglais, en éducation physique, en arts plastiques et en musique, pour ne nommer que ceux-là. Une décision contestée par le corps professoral, qui a pris d'assaut les conseils d'établissement au cours des dernières semaines.
Ceux-ci ont massivement voté contre les changements proposés par la commission scolaire. Celle-ci les a alors mis en demeure d'approuver les grilles-horaires, faute de quoi elle substituerait ses décisions à celles des conseils d'établissements. C'est ce qui s'est produit mardi soir et qui risque de se reproduire le 18 avril prochain pour les écoles dont la grille-horaire n'aura pas été approuvée.
Outre les représentants des médias, seules quatre places avaient été réservées dans la salle pour les parents et enseignants, les autres sièges étant occupés par les directions d'école ayant assisté à la séance.
Les membres du syndicat de l'enseignement du Haut-Richelieu ont toutefois réussi à se faire entendre de l'extérieur avec porte-voix et klaxons. 
Plus de détails dans notre édition de jeudi.