Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a reçu le rapport d’investigation du Bureau des enquêtes indépendantes. Il doit maintenant déterminer s’il y a lieu de porter des accusations contre les policiers impliqués.

Adolescent abattu à Lac-Brome: le BEI dépose son rapport

Le rapport d’enquête du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) à la suite du décès d’un adolescent de 17 ans abattu par la police à Lac-Brome en 2018 est maintenant terminé. Il a d’ailleurs été remis au Directeur des poursuites criminelles et pénales qui déterminera si des accusations seront déposées ou pas contre les policiers impliqués.

L’enquête indépendante sur les circonstances entourant l’intervention policière menée par la Sûreté du Québec, et pendant laquelle un adolescent de 17 ans, Riley Fairholm, a été atteint mortellement par balle, est complétée. Le rapport a également été transmis au bureau du coroner, mercredi dernier. « C’est sur la base de ce rapport que le DPCP déterminera s’il y a lieu de porter des accusations contre les policiers impliqués », peut-on lire dans un communiqué émis par le BEI.

Rappelons que dans la nuit du 24 au 25 juillet 2018, un appel a été logé au 911 concernant un homme armé qui criait et marchait seul sur le chemin Knowlton, écrit le BEI. Six policiers et trois voitures de patrouille se sont rendus sur les lieux et ont localisé l’individu dans le stationnement d’un ancien restaurant.

Les policiers ont alors constaté qu’il était armé d’un pistolet. Une policière l’a d’abord interpellé avec l’aide du haut-parleur de l’autopatrouille en lui demandant de lâcher son arme. Un deuxième policier a pris la relève et s’est adressé au civil en anglais. Il a tenté de négocier avec lui et a réitéré la demande qu’il lâche l’arme.

« L’homme n’obtempère pas, gesticule et se déplace en brandissant son arme, notamment en direction des policiers qui sortent la leur. Un des policiers tire et atteint le civil », note le BEI. Des manœuvres de réanimation ont aussitôt été prodiguées. La victime a été transportée à l’hôpital Brome-Mississquoi-Perkins de Cowansville où son décès a été constaté.

Le rapport de balistique a par la suite démontré que l’arme de la victime était un pistolet à CO2.

À la suite du décès de leur fils, les parents de Riley Fairholm ont déposé une plainte en déontologie policière. Celle-ci vise tous les policiers de la SQ présents lors de l’intervention, l’agente de liaison à l’Hôpital Brome-Missisquoi-Perkins, les chefs des postes de Dunham, Bedford, et Waterloo, la directrice du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) et les douze enquêteurs du BEI.