La concentration des activités du volet local des Cosmos de Granby au parc Terry-Fox engendre un achalandage plus important qui, aux heures de pointe, se traduit par des problèmes de stationnement et une circulation plus difficile.

Achalandage en hausse au parc Terry-Fox

L'augmentation des activités du club de soccer Les Cosmos de Granby au parc Terry-Fox affecte les habitudes des usagers. Les places de stationnement se font rares et la circulation y est plus difficile aux heures de pointe, a constaté La Voix de l'Est.
« Regrouper les activités ensemble, ça crée une dynamique intéressante, mais il y a des inconvénients qui viennent avec ça. L'affluence augmente et ça a pour conséquence que les parents sont plus loin du lieu de l'activité », a reconnu le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire­, Patrice Faucher.
Mais, visiblement, ce ne sont pas tous les parents qui semblent être prêts à garer leur voiture loin des terrains où leurs enfants doivent jouer. 
À 18 h, en semaine, lorsque les premiers matchs ou entraînements de la soirée débutent, les stationnements situés près du pavillon Norbert-Talbot et des terrains à l'entrée du parc sont particulièrement sollicités, voire pratiquement toujours remplis au maximum de sa capacité. Le stationnement situé près du club de l'âge d'or n'est pas en reste.
La situation devient plus difficile dans les minutes qui précèdent le début des activités à 19 h 15. Plusieurs parents se présentent sur place vers 19 h, alors que le premier groupe n'a pas encore quitté. Résultat : la ronde des voitures en attente d'une place de stationnement débute. 
Dépannage 
Certains parents choisissent donc maintenant de se garer dans la rue Gérard-Goulet, qui permet d'accéder au parc par un passage piétonnier. Le rond-point du parc, même si cela est interdit, a aussi été utilisé comme stationnement au cours des dernières semaines. 
D'autres ont plutôt jeté leur dévolu sur un terrain vague, près du rond-point, qui fait office de stationnement de dépannage lors d'événements au parc. Le hic : son accès est contrôlé par une barrière qui n'est pas toujours ouverte.
Dans les circonstances, Patrice Faucher a affirmé cette semaine que le stationnement sera dorénavant accessible en soirée. Mais cela demeurera une situation temporaire, car cet espace est destiné à accueillir pour la prochaine saison deux nouveaux terrains à cinq joueurs, qui seront aménagés à compter de la semaine du 6 août. 
« On a une problématique d'affluence plus grande. Mais les gens vont devoir modifier certaines habitudes au niveau des accès, des moyens de transport, trouver des alternatives. Et celle d'augmenter les stationnements ne fait pas partie des solutions. On n'est pas dans une ère où on réduit des espaces verts pour faire des stationnements­ », déclare Patrice Faucher.
Adaptation
Pour sa part, l'organisation du Cosmos de Granby croit que les usagers du parc Terry-Fox tendent à s'adapter à la situation au fil des semaines. « On n'a pas eu de commentaires ou de feed-back négatifs comme quoi c'est invivable ou que ça ne fonctionne pas. Je pense que les gens se sont ajustés. Des fois, les gens arrivent un peu plus tôt pour être sûrs d'avoir une place proche. Sinon, les gens se stationnent et prennent une petite marche pour se rendre jusqu'à leur terrain », affirme le coordonnateur général, Martin Bélanger.
Reste que la fréquentation du parc Terry-Fox, où se tiennent à la fois des activités des volets local et compétitif, est encore appelée à augmenter l'an prochain, ne serait-ce qu'avec l'ajout des nouveaux terrains. 
« Il y a des problématiques de stationnement dans tous les lieux de rassemblement, relève Patrice Faucher­. Au Palace, il y a des gens qui vont nous dire qu'il n'y a pas assez de stationnements et qu'il faut aller à la bibliothèque. Au centre culturel, les gens doivent aller sur la rue Phoenix. Il y a des lieux qui sont un peu victimes de leur achalandage et ça implique que les gens doivent se stationner un peu plus loin du lieu de l'activité. »
Le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire affirme néanmoins que cette situation, qui est nouvelle, sera analysée afin de déterminer si des améliorations­ peuvent être apportées.