La Voix de l’Est
Jacques Breton a tout perdu à cause des vidéopokers. Mais au printemps, la fermeture des bars l’a aidé à combattre ses démons.
Jacques Breton a tout perdu à cause des vidéopokers. Mais au printemps, la fermeture des bars l’a aidé à combattre ses démons.

Accro aux vidéopokers: «La COVID m’a aidé à prendre ma vie en main»

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
«Avec ce million-là, j’aurais pu faire une belle vie, des voyages...» Assis sur un banc dans un parc de Saint-Paul-d’Abbotsford, en Montérégie, Jacques Breton soupire. Le million dont parle l’homme de 63 ans sans domicile fixe et à la chemise défraîchie, c’est tout l’argent qu’il dit avoir perdu dans les appareils de type vidéopoker.