Chantal Beauchemin écarte de sa liste de priorités le projet de longue haleine du centre mère-enfant de l’hôpital de Granby.

Accès aux soins de santé: Beauchemin mise sur les super-infirmières

Chantal Beauchemin a livré quelques-uns de ses engagements en santé, mardi. Afin de désengorger l’urgence, la candidate du Parti québécois dans Granby préconise notamment l’implantation au CLSC Yvan-Duquette, rue Déragon, d’une clinique ouverte l’année durant, où des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) prendraient en charge la clientèle nécessitant des soins mineurs en première ligne.

Les sommes nécessaires à ce projet proviendraient d’économies, que le PQ chiffre à sept milliards, réalisées par le gel de la rémunération des omnipraticiens et par l’ouverture de l’entente avec les médecins spécialistes. Chantal Beauchemin croit par ailleurs que la formule de la clinique d’accès, qui doit accueillir la clientèle orpheline et sans médecin de famille sous peu à raison de trois jours par semaine dans le CLSC, ne répond pas du tout aux besoins. Ainsi, les services de la clinique « sans médecin » qu’elle préconise seraient offerts dans une plage horaire élargie, soit de 9 h à 21 h.

Dans la même veine, la candidate du PQ a réitéré l’engagement du parti de consacrer 500 millions « dès octobre » pour l’embauche d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires (PAB). Or, comment contrer le désintérêt des gens pour ces deux carrières, qui semble principalement lié aux conditions de travail ? À ce chapitre, Mme Beauchemin croit qu’une partie de la solution réside dans les stages rémunérés. Par exemple, de futurs PAB suivraient trois jours de formation pour deux jours d’immersion en milieu de travail. 

« Ça aide ceux qui sont aux études dans ce domaine et les gens en place qui ont besoin de personnel », a-t-elle fait valoir. De plus, ceci permettrait, entre autres, d’éliminer le « temps supplémentaire obligatoire », le fameux TSO, une mesure qualifiée « d’exceptionnelle » par les dirigeants du réseau de la santé, mais qui est monnaie courante.

Centre Mère-Enfant 

En point de presse, Chantal Beauchemin en a profité pour décocher une flèche au député sortant et candidat de la Coalition avenir Québec dans Granby, François Bonnardel, tassant du revers de la main une de ses priorités, soit le centre mère-enfant à l’hôpital. Un projet de longue date que Chantal Beauchemin écarte sans détour de sa liste. « Il faut aller au plus urgent », a-t-elle lancé.

Appelée à se prononcer à propos de l’épineux dossier du transfert de Bromont du Réseau local de services (RLS) de la Haute-Yamaska vers celui de La Pommeraie, Chantal Beauchemin s’est dit « contre » la récente décision du ministère de la Santé. 

En ce qui concerne ses priorités en santé, la candidate péquiste miserait sur l’accroissement des soins à domicile dans la circonscription. À ce sujet, le PQ s’engage à débloquer un budget d’un milliard sur cinq ans, a rappelé Mme Beauchemin. L’aspirante députée souhaite aussi mettre davantage l’accent sur l’activité physique au sein de la population, notamment par la bonification du réseau cyclable et piétonnier.