Ce terrain, croit Guy Lussier, pourrait permettre aux gens d'y laisser leur véhicule pour faire du covoiturage.

Accès au covoiturage: pourquoi pas un stationnement du MTQ?

Pour favoriser le covoiturage, un citoyen de Lac-Brome demande au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports du Québec de mettre à la disposition du public son stationnement aux abords de la sortie 90 de l'autoroute 10.
Dans une lettre envoyée en février au ministre Laurent Lessard, mais aussi au ministère de l'Environnement et à quelques municipalités environnantes, Guy Lussier cible le terrain longeant la route 243, situé entre la sortie en provenance de Montréal­ et l'entrée en direction de Sherbrooke. Il précise que cette aire de stationnement est déjà en place et ne nécessiterait que peu d'aménagement.
En fait, M. Lussier suggère seulement de remplacer l'affiche « Remorquage à vos frais » par une autre annonçant des espaces pour le covoiturage...
« Nul besoin d'élaborer sur notre devoir - tant individuel que collectif - de protéger l'environnement, comme un précieux héritage pour les générations à venir. Le covoiturage fait sûrement partie des outils disponibles pour contribuer à améliorer nos conditions à l'égard de l'environnement », avance-t-il.
Pour étayer sa demande, le Bromois cite en exemple l'Ontario­, qui compte des dizaines d'aires de « carpooling », et l'État du Vermont, où on trouverait plusieurs stationnements­ « Park & Ride ».
« Je tiens à porter à votre attention, ajoute M. Lussier dans sa missive, qu'à la sortie 74 de cette même autoroute, on retrouve un stationnement privé qui a été aménagé et dont l'usage en justifie la raison d'être : il est quasiment toujours complet. »
Lancé aux municipalités de Waterloo, Bolton Ouest, Stukely­ Sud, Shefford et Lac-Brome, l'appel de Guy Lussier a été entendu par Shefford (le terrain est sur son territoire) et Lac-Brome. 
Réunis en assemblée ordinaire, cette semaine, les deux conseils ont chacun adopté une résolution enjoignant le ministère des Transports à autoriser l'usage public de ce station­nement à des fins de covoiturage. Lac-Brome va plus loin, en ajoutant que cela favoriserait aussi le cyclotourisme.