Jean Papineau, président du syndicat de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ), section Granby.

Abolition des horaires de faction: les ambulanciers d’Acton Vale et de Farnham crient victoire

D’une voix commune, les services ambulanciers de Farnham et d’Acton Vale réclamaient depuis des années l’abolition des horaires de faction. Québec vient de les entendre. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé vendredi un investissement de plus de 2,5 millions $ pour améliorer l’efficacité des services ambulanciers en Montérégie. Désormais, les deux secteurs profiteront d’une intensification de la présence ambulancière sur leur territoire, alors que les heures de faction y seront transformées en horaires à l’heure.

« On ouvre une bouteille de champagne ! », a lancé Gaétan Dutil, président du Syndicat des paramédics et du préhospitalier de la Montérégie (SPPM-CSN), qui représente, entre autres, les ambulanciers de Farnham.

« C’est une grosse victoire, a-t-il ajouté. Ça a été un combat de tous les jours. Cette annonce est un soulagement pour les paramédics qui gagneront en qualité de vie ainsi que leur famille, et pour la population. »

M. Dutil insiste d’ailleurs sur le mot « enfin », car selon lui, le gouvernement aurait pu trancher bien avant dans ce dossier. « Ça aurait dû être fait en 2017, croit-il. À Farnham, ça traînait depuis deux ans... On est donc très satisfaits présentement. »

Rappelons que les horaires de faction, connus sous le nom de « 7/14 », poussent deux paramédics à être disponibles 24 heures sur 24 sur une période de sept jours consécutifs. Ceux-ci peuvent attendre les appels d’urgence à leur domicile ou à la caserne. Après, suit pour eux une semaine de congé. 

Jugeant cette pratique désuète, contraignante pour la vie en général des ambulanciers et très peu sécuritaire pour les citoyens, les services préhospitaliers d’urgence fonctionnant toujours selon les horaires de faction réclamaient un changement depuis de nombreuses années. Leur souhait : transformer ces derniers en un horaire de travail à l’heure. Ce à quoi la ministre de la Santé et des Services Sociaux, Danielle McCann, a consenti vendredi, en remodelant le mode de couverture. 

Ainsi, concrètement, cela fera en sorte que dans la région de Farnham, les citoyens profiteront de deux véhicules disponibles de jour, donc prêts à partir aussitôt une urgence signalée. Une réalité qui fera diminuer de façon considérable le délai d’intervention. La nuit, en travaillant à l’heure, les ambulanciers pourront là aussi agir beaucoup plus rapidement.

« Ce sera le jour et la nuit ! , illustre M. Dutil. C’est bon pour la santé mentale, le sommeil et la vie des paramédics. Et le service à la population sera, enfin, plus efficace. »

Au-delà de toutes ces bonnes nouvelles attendues depuis fort longtemps, le président du SPPM-CSN tient à rappeler au gouvernement que tous resteront vigilants quant aux statistiques qui justifient, souvent à tort, le maintien d’horaires de faction dans certains secteurs. 

« Ces horaires ne devraient plus exister, pour le bien de la population, a spécifié M. Dutil. Nous aurons ces statistiques à l’œil, par exemple, dans le coin de Bedford. La Montérégie représente un large territoire à couvrir, mais les gens ont droit à un service de qualité, peu importe où ils habitent, au même titre qu’une personne qui reste à Montréal. »

Du côté d’Acton Vale

« On est très contents, car on avait un peu arrêté d’y croire », a avoué de son côté David Gagnon, vice-président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ-592). Nous vivons actuellement beaucoup de satisfaction, car c’est le fruit d’un travail acharné, entre autres, de l’équipe d’Acton Vale, qui a procédé à une compilation de données efficace. »

M. Gagnon ne cache pas qu’un travail de longue haleine a été fait pour arriver à convaincre le gouvernement d’agir dans le dossier. « Ça fait très longtemps qu’on y travaille... Désormais, la population pourra profiter d’un bien meilleur service. »

Ce sentiment de satisfaction a également gagné Jean Papineau, président du syndicat de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ), section Granby, quand La Voix de l’Est lui a appris la nouvelle. « C’est excellent ! , a-
t-il lancé. C’est un dossier sur lequel on travaille depuis je ne sais plus combien d’années... On ne peut que se réjouir. C’est tout un pas en avant, car on offre ainsi des conditions gagnantes aux paramédics et à la population. »

Un gain important que salue bien sûr François Bonnardel, député de Granby et ministre des Transports, qui était impliqué dans le dossier des horaires de faction des ambulanciers bien avant les dernières élections provinciales.

« C’est une belle victoire pour les paramédics et les gens de la région, a-t-il mentionné. On s’est battus pour eux. Cela leur apportera une plus grande stabilité familiale, ce qui leur permettra d’offrir un service encore plus fort à la population. »

Comme l’indique le ministre, il ne faut pas oublier que le rôle des ambulanciers est de répondre à des « urgences ». 

« Chaque minute compte, a-t-il poursuivi. Et en cinq minutes, on peut sauver une vie. »