Nombreux sont les fumeurs contrevenant à la Loi concernant la lutte contre le tabagisme à proximité de l’hôpital de Granby.

«À l’hôpital de Granby, les fumeurs sont rois et maîtres»

Tabagisme et santé ne font pas bon ménage. Pourtant, les visiteurs de l’hôpital de Granby doivent fréquemment traverser un nuage grisâtre pour accéder à l’établissement, où plusieurs personnes ne respectent pas la Loi concernant la lutte contre le tabagisme dans les lieux publics. Sans compter les nombreux mégots qui jonchent le sol.

Martin (nom fictif) doit se présenter souvent au centre hospitalier de Granby (CHG) pour des suivis médicaux. L’homme à la santé précaire a interpellé La Voix de l’Est à propos du non-respect de la Loi par les fumeurs, préférant que l’on taise son identité. Une situation qu’il qualifie de « pure aberration ».

« Quand tu es malade, tu mets les chances de ton côté pour aller mieux. C’est un non-sens que, tout juste avant de mettre un pied dans l’hôpital, un lieu où la santé est en haut de la liste des priorités, on accueille les gens dans un nuage de fumée », a-t-il clamé.

En fait, la Loi prévoit qu’il est interdit de fumer près d’un établissement de santé, dans un rayon de 9 mètres (29,5 pieds) « de toute porte, de toute prise d’air ou de toute fenêtre qui peut s’ouvrir communiquant avec l’un de ces lieux ».

Martin émet également des réserves quant à la volonté du CIUSSS de l’Estrie, qui chapeaute le CHG, de faire respecter la règlementation sur l’usage du tabac à proximité de l’immeuble.

« J’ai été hospitalisé plusieurs fois à l’hôpital au cours des derniers mois. Ça m’est arrivé de vouloir sortir quelques minutes à l’extérieur, près d’une des entrées. Mais plutôt que de prendre une bouffée d’air frais, j’ai plutôt rempli mes poumons de boucane. J’ai vu à plusieurs reprises des gardiens de sécurité près des fumeurs qui ne respectaient pas la Loi. Pas une fois je ne les ai vus intervenir. À l’hôpital de Granby, les fumeurs sont rois et maîtres. »

Amendes

Ceux qui enfreignent à la Loi concernant la lutte contre le tabagisme s’exposent à des amendes salées. Fumer dans un lieu interdit peut découler en une contravention allant de 250 $ à 750 $. Au CHG, le montant est de 363 $ pour un adulte. Les récidivistes pourraient recevoir des constats d’infraction variant de 500 $ à 1500 $.

De plus, tolérer qu’une personne fume dans un endroit illégal est passible d’une amende qui va de 500 $ à 12 500 $. Laisser faire de nouvelles infractions peut engendrer pour le fautif des constats entre 1000 $ à 25 000 $.

Dans le cas du CHG, les amendes sont données par des gardiens de sécurité. Ceux-ci doivent au préalable recevoir une formation d’une journée par le ministère de la Santé, a précisé Marie-France Thibeault, du service des communications au CIUSSS de l’Estrie.

Deux gardiens de l’hôpital de Granby sont accrédités pour donner des constats d’infraction. « Des rondes spécifiques au tabac sont organisées ponctuellement. [...] Le reste du temps, cet aspect fait partie des rondes régulières des agents de sécurité sur place. [...] L’approche initiale des gardiens de sécurité est de demander la collaboration des fumeurs afin qu’ils respectent les règles du 9 mètres », a indiqué par courriel la représentante du CIUSSS.

« À ce jour, l’établissement n’a pas reçu d’amende pour le non-respect du 9 mètres à l’Hôpital de Granby. Les inspecteurs locaux ont cependant donné des contraventions à des usagers, des visiteurs ou des membres du personnel pour le non-respect des règles », a-t-elle mentionné, n’étant toutefois pas en mesure de préciser le nombre de constats donnés.

Marie-France Thibeault a souligné que « les usagers, visiteurs et membres du personnel qui observent des anomalies dans le respect du 9 mètres par les fumeurs peuvent se présenter au poste du gardien de sécurité pour en faire mention ».

Civisme

Martin se défend bien d’être un « anti-fumeur ». Il déplore néanmoins que certains d’entre eux, outre le fait de ne pas respecter l’interdiction de fumer à proximité de l’établissement de santé, manquent de civisme.

« En plus d’envoyer leur boucane dans le visage des gens qui entrent à l’hôpital, bien des fumeurs jettent leurs mégots un peu partout près des entrées. C’est dégoûtant. Et il n’y a pas que des patients qui sont fautifs. Les employés devraient montrer l’exemple, mais c’est loin d’être le cas. Il y a une loi, alors qu’on la fasse respecter. »

Martin est également d’avis que la localisation du « fumoir » près de la porte principale du CHG devrait être revue. « Au lieu de mettre le cendrier à gauche ou à droite de l’entrée, on a mis ça en plein milieu de la place. C’est complètement illogique. »