Dre Laurence Grand (chandail rayé) est entourée des participantes du défi: Pierrette Grenier, Julie Perreault, Brigitte Elsèk, Guylaine Chabot, Nathalie Leduc, Anne Messier et Monique Denicourt.

À l’assaut du Groenland

La Fondation du Centre hospitalier de Granby (CHG) a mis la barre haute en lançant son troisième voyage caritatif. Après l’ascension du Kilimandjaro en Tanzanie en 2015 et de l’Acotango en Bolivie l’année suivante, voilà que sept femmes s’apprêtent à vivre un périple unique au Groenland, du 20 juillet au 3 août, en gravissant des pentes escarpées puis en côtoyant des icebergs en kayak.

Lorsqu’est venu le temps pour l’équipe de la Fondation du CHG de choisir la destination de sa troisième aventure, l’île danoise du cercle polaire arctique, située au nord-est du Canada, s’est rapidement retrouvée en tête de liste. « On avait fait deux ascensions et on cherchait un défi qui serait accessible à tous. Donc, on voulait proposer une nouveauté, un dépaysement par la beauté des grands espaces. Un voyage à te faire décrocher la mâchoire, a illustré en entrevue la directrice générale de la Fondation, Suzanne Surette. Pour ces femmes, ce sera l’expérience d’une vie. Sans compter l’incroyable valeur ajoutée, car les retombées seront immenses pour leur communauté. »

En peu de temps, Pierrette Grenier, Julie Perreault, Brigitte Elsèk, Guylaine Chabot, Nathalie Leduc, Anne Messier et Monique Denicourt ont répondu à l’appel lancé en septembre par la Fondation.Chaque excursionniste s’est engagée à amasser 4000 $ pour prendre le départ. L’objectif global de la collecte de fonds est de 30 000 $. Cette somme servira à défrayer une partie de la facture avoisinant 100 000 $ pour remplacer le seul échographe mammaire au CHG, servant entre autres à détecter les cellules cancéreuses. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie assumera le reste de la facture. L’équipement à la fine pointe doit être opérationnel au cours des mois à venir. Pour la Dre Laurence Grand, radiologiste responsable du département d’imagerie médicale au CHG, cette nouvelle tombe à point. « C’est Noël !, a-t-elle lancé en marge du point de presse, mercredi. On est très contents pour les patientes et leurs proches. » Selon la spécialiste, la performance du nouvel échographe est accrue, permettant ainsi la détection optimale de petites lésions. « L’ajout de cet appareil sera un atout majeur pour la lutte au cancer du sein dans notre région », a-t-elle assuré. 

Démesure

Après une petite période d’acclimatation en sol danois, le groupe partira de Kulusuk pour se rendre au fjord Ikatek en passant par la baie de Tuno. L’itinéraire s’étend sur 15 jours dans l’Arctique tant en kayak que les deux pieds sur la terre ferme lors de trek en montagne ou en randonnée dans d’immenses vallées. L’attrait de côtoyer les extrêmes durant le périple a particulièrement charmé Julie Perreault. « La nature a quelque chose de très magique. Ça guérit, ça purifie, ça nourrit. Le fait de [relever le défi] dans la démesure des icebergs et d’un terrain aussi vaste que le Groenland pique ma curiosité », a confié la néophyte en kayak, concédant qu’elle devra également vaincre sa peur de l’eau.

Cette aventure marquera un jalon de sa nouvelle vie de retraitée de Monique Denicourt. « Cette année, en novembre, j’ai changé de dizaine. Ça me prenait un voyage, quelque chose qui pouvait faire une différence dans ma vie. [...] Le Groenland, c’est un peu comme un accouchement, a dit celle qui a œuvré comme infirmière au CHG, faisant le parallèle avec les neuf mois de préparation physique et psychologique. Pour moi, ce sera tout un défi personnel. »

Pour Brigitte Elsèk, aller à l’essentiel sera en soi une façon de sortir de sa zone de confort. « Le fait de devoir tout paqueter dans un petit sac alors que je suis habituée de traîner deux valises pour une fin de semaine, c’est quelque chose », a-t-elle lancé en riant. « J’ai le goût de faire la différence pour moi et pour les autres », a-t-elle ajouté à propos de son intérêt pour un tel voyage caritatif.

De son côté, la présidente de la Fondation, Pierrette Grenier, a concédé que décider de s’élancer à l’assaut du Groenland nécessite une bonne introspection. « Tous ces grands défis, c’est toujours un peu apeurant. Il ne faut rien tenir pour acquis. [...] Je me mets encore une fois dans une position où je serai déstabilisée », a indiqué la femme d’affaires ayant participé aux deux précédentes aventures au profit de la Fondation.

Pour de plus amples renseignements à propos du Défi du 66e  Nord et des différentes activités de financement à venir, consultez le site fondationchg.org/defi-groendland