Des amoureux du patrimoine se sont mobilisés pour venir à la rescousse du perron de l’église de Saint-Jean-Baptiste de Roxton Falls.
Des amoureux du patrimoine se sont mobilisés pour venir à la rescousse du perron de l’église de Saint-Jean-Baptiste de Roxton Falls.

À la rescousse du perron de l’église

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Des amoureux du patrimoine se sont mobilisés pour venir à la rescousse du perron de l’église de Saint-Jean-Baptiste de Roxton Falls, qui s’effrite de telle sorte qu’ils ont dû en interdire l’accès à certains endroits.

Afin d’amasser des fonds pour restaurer le perron, ce groupe de personnes a mis sur pied une campagne de financement avec la vente de masques fabriqués à la main par des artisanes de la région.

« Un certain montant a déjà été amassé grâce aux dons des paroissiens, qu’on remercie, rapporte Evelyne Girardot, marguillière de la fabrique de l’église de Saint-Jean-Baptiste et membre fondatrice du regroupement. On voudrait élaborer un perron qui se rapproche de celui qu’il y avait à l’origine. »

Symbole de Roxton Falls

L’église de Roxton Falls a été bâtie entre 1862 et 1877 selon les plans de l’architecte Victor Bourgeau, ce dernier ayant été également l’architecte de l’église Notre-Dame de Montréal. À l’origine, le perron était en bois, puis a été reconstruit en béton.

« Sur les photos d’époque, on voit des mariages avec beaucoup d’invités qui se tiennent sur le perron. Il a donc été décidé, en 1957, de refaire un perron plus grand, en ciment, avec des balustrades. »

Le perron de l’église St-Jean-Baptiste de Roxton Falls s’effrite de telle sorte qu’ils ont dû en interdire l’accès à certains endroits.

Evelyne Girardot, revenue dans la région depuis un an après avoir fait sa carrière à Québec, rappelle l’importance de l’église, qui figure sur le logo de la municipalité. « Le clocher qui dépasse, c’est la première chose que tu vois en entrant dans le village. »

L’estimation des coûts pour la réfection du perron en béton tourne autour de 75 000 $, et s’il est refait en bois, comme à l’origine, les coûts sont estimés à 40 000 $.

Collecte d’artefacts

Mme Girardot et les cinq autres personnes qui ont fondé le groupe Patrimoine Roxton Falls, en janvier dernier, sont des passionnés d’histoires et d’archives. Depuis janvier, d’autres personnes partageant leur passion se sont jointes au groupe. Leur mission est de conserver le patrimoine pour les générations présentes et futures, rapporte la marguillière, qui s’occupe des finances et de la gestion de la paroisse.

Ainsi, non seulement veut-il restaurer le perron de leur église, mais le regroupement souhaite recueillir les documents ou autres artéfacts et témoignages du passé, pour « conserver la mémoire vivante ». Par exemple, Patrimoine Roxton Falls a hérité de documents sur l’historique du téléphone, et peut ainsi voir comment, à l’époque, une ligne téléphonique était partagée par tout un rang. « Les gens pouvaient écouter les conversations des autres! »

En plus de la vente de masques, Patrimoine Roxton Falls mettra sur pied, début décembre, le projet « Si Roxton m’était contée ». Ce projet « permettra la numérisation des documents d’archives que les gens vont nous apporter et de les mettre en valeur. On voudrait faire des témoignages vivants avec caméra, et exposer des documents. On veut mettre en lumière les traditions et événements du passé de Roxton Falls ». Par exemple, la collecte de ces artéfacts et témoignages mènera à des publications et au montage d’une exposition post-covid.

Afin d’amasser des fonds pour restaurer le perron, ils ont mis sur pied une campagne de financement de vente de masques fabriqués par des artisanes de la région.

Des masques aux couleurs de Noël sont maintenant disponibles au coût de 12,50 $ l’unité, ou deux pour 20 $. On peut se les procurer dans les commerces de Roxton Falls, ou au kiosque devant le Marché Tradition Rochette, le samedi 5 décembre à partir de 10 h 30.