La firme montréalaise Michel Morelli Designers a été mandatée pour la conception des plans et devis de bancs de cette allure, doublés d’arbres ludiques, qui seront un élément distinctif du centre-ville, dans le cadre du projet de réaménagement.
La firme montréalaise Michel Morelli Designers a été mandatée pour la conception des plans et devis de bancs de cette allure, doublés d’arbres ludiques, qui seront un élément distinctif du centre-ville, dans le cadre du projet de réaménagement.

À la recherche d'un «effet wow» pour le centre-ville de Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
La Ville de Granby est à la recherche d’un «effet wow» pour le mobilier urbain qui sera déployé dans le cadre du projet de réaménagement et de revitalisation du centre-ville. Un mandat a été confié à un designer industriel pour la conception des plans et devis d’un élément particulier.

La firme montréalaise Michel Morelli Designers aura à se pencher sur les « arbres ludiques », prévus dans les plans de réaménagement, souligne le directeur du Bureau de projets de la Ville, Daniel Surprenant.

Ces arbres nouveau genre (ressemblant à un nénuphar géant) surplombent en fait des bancs circulaires qui seront disposés dans les « zones signatures », prévues à quelques endroits de la rue Principale.

« Nos premières orientations sont prises, mais on a besoin d’un designer pour agencer tout ça », relève M. Surprenant.

Les entreprises spécialisées dans la fabrication de mobilier urbain profitent des services de designers, reconnaît le directeur du Bureau de projets. Mais la Ville a souhaité accorder un mandat spécifique, car il s’agit d’une pièce unique, qui nécessite néanmoins des plans et devis pour la fabrication. « Il faut s’assurer que ça soit sécuritaire et que ça respecte les normes en matière de mobilier public », souligne Daniel Surprenant.

Le but recherché, affirme-t-il, est que ces bancs aux allures végétales deviennent en quelque sorte l’élément distinctif du centre-ville de Granby.

Mobilier à tester

Selon le directeur du Bureau de projets, le concept devrait être mis à l’essai, probablement vers la fin du printemps 2021, avant même que la première phase des travaux de réaménagement soit lancée en août 2021.

« On veut fabriquer un ou deux bancs pilotes qu’on va pouvoir mettre dans le milieu urbain. Les gens vont pouvoir les essayer et commenter. Comme c’est quelque chose qui n’a jamais été fait, on veut y aller avec une démarche un peu plus créative », dit-il.

De huit à dix bancs de ce type sont prévus, à terme, dans différentes zones. Le coût d’achat de chaque banc n’a pas encore été détaillé.

Cet « arbre ludique » a été proposé par la firme BC2, qui a procédé à l’élaboration du concept d’aménagement. « On veut quelque chose d’unique, mais aussi de fonctionnel et d’utile pour tous », fait valoir Daniel Surprenant.

Mandat

Pour l’heure, le mandat de services professionnels pour la conception des plans et devis confié à Michel Morelli Designers s’élève à 63 926 $.

Huit entreprises ont été invitées à soumissionner, mais seulement deux offres ont été reçues, selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie.

Les entreprises qui n’ont pas répondu à l’invitation ont dit manquer de ressources ou de temps pour ce mandat, est-il précisé.

En préparation depuis quelques années, le projet de réaménagement du centre-ville est appelé à se déployer en trois phases sur la rue Principale, entre la rue Saint-Hubert et le boulevard Mountain.

Le calendrier initial des travaux était échelonné entre les mois d’août et de novembre, en 2020, 2021 et 2022. Mais la pandémie a incité les élus à retarder d’un an le coup d’envoi de ce chantier majeur, soit en août 2021.

Le projet, critiqué par certains commerçants, vise d’abord et avant tout à renouveler les infrastructures souterraines, mais l’occasion a été saisie pour revoir l’image du centre-ville. En plus de nouveaux aménagements, une piste cyclable sera ajoutée rue Principale, entre l’église St-Georges et la rue Saint-Hubert. Les coûts totaux estimés du projet oscillent entre 20 et 25 millions $.