L’organisme les Chatmoureux serait favorable au micropuçage obligatoire des chats à Granby.

À chaque chat sa micropuce

L’organisme les Chatmoureux applaudit la volonté de la Ville de Cowansville de rendre obligatoire le micropuçage des animaux. Et il invite la Ville de Granby à envisager également cette pratique.

« On trouve que c’est une merveilleuse chose et on aimerait beaucoup que la Ville de Granby voie éventuellement l’importance de [cette mesure] et la rende obligatoire », affirme la présidente du refuge qui recueille les chats errants de la région, Carole Ménard.

Depuis le 1er octobre 2019, l’organisme à but non lucratif fait lui-même micropucer les chats qu’il recueille. Cette opération est réalisée lorsque les félins ne sont pas réclamés. Ils sont amenés chez le vétérinaire, qui leur implante une micropuce en plus de les stériliser, de les vacciner et de leur apporter les soins nécessaires avant qu’ils soient confiés à une famille d’accueil et ultimement adoptés.

Selon Mme Ménard, plus de 150 chats recueillis par les bénévoles des Chatmoureux au cours des derniers mois ont été micropucés. Lorsqu’ils sont adoptés, ils sont enregistrés au nom de leur nouveau propriétaire.

Cette opération a pour effet de faciliter le travail des refuges et des sociétés protectrices des animaux, souligne la présidente.

Les propriétaires d’un chat, signalé comme errant par des résidants d’un quartier, peuvent ainsi être retrouvés beaucoup plus facilement, fait valoir Carole Ménard.

« On peut avoir toutes les informations d’un chat micropucé en arrivant chez le vétérinaire : le numéro de téléphone, l’adresse et la description du chat. [...] On va connaître les chats après et si quelqu’un d’autre nous le signale, on saura qu’il a un maître et ne fait que se promener dehors », relève-t-elle.

À LIRE AUSSI: Vers le micropuçage obligatoire des chats et des chiens à Cowansville

A contrario, dans un contexte où le micropuçage serait obligatoire, les véritables chats errants pourraient ainsi être identifiés plus rapidement. « On a des signalements de chats errants tous les jours », affirme la présidente de l’organisme.

À l’étude

À Granby, le contrat de service de contrôle animalier de la Ville de Granby avec la SPA des Cantons vient à échéance à la fin de l’année. La question du micropuçage obligatoire pourrait être analysée, dans le cadre des rencontres prévues au cours des prochains mois, pour l’élaboration du nouveau contrat de travail, selon la porte-parole du Service de police, Caroline Garand.

« Plusieurs villes ont adhéré [au micropuçage]. C’est sûr que ça va être considéré dans les échanges qu’il va y avoir. Est-ce que ça sera adopté par la suite ? On verra. Il y a encore du travail à faire. On va voir si les gens pourraient être intéressés ou non par ce service-là », dit-elle.

Pour l’heure, les médailles pour chiens demeurent obligatoires à Granby. Et, nouveauté cette année, il est désormais possible de faire la demande et de payer la médaille en ligne par l’entremise de la plate-forme web (https ://emili.net/login) du contrôleur animalier, souligne la porte-parole du service de police.

À Cowansville, l’administration municipale a récemment déposé un avis de motion et adopté un premier projet de règlement pour rendre obligatoire le micropuçage des chats et des chiens à compter du 1er janvier 2022.

Deux rencontres d’information sont d’ailleurs prévues ce mardi à l’hôtel de ville, à 19 h et à 20 h. La modification réglementaire se poursuivra par la suite.

Si le projet va de l’avant tel qu’envisagé, en plus de disposer d’un délai de deux ans pour se conformer, les propriétaires d’animaux pourraient profiter de cliniques de micropuçage à prix avantageux.

Cowansville est la première ville de la région à vouloir adopter un tel règlement. Les chats et les chiens doivent, depuis le 1er janvier 2020, être stérilisés et micropucés à Montréal et Laval.