Les organisateurs attendent une centaine de participants à la marche ce dimanche au CINLB.

4e Marche du rein à Granby: «Une année record»

Les organisateurs de la Marche du rein de Granby ont gagné leur pari. Après un lent départ, l’événement est désormais bien ancré dans la région. Au point où l’objectif d’amasser 5000$ pour la Fondation canadienne du rein a déjà été surpassé avant même le lancement de l’activité, qui aura lieu ce dimanche au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB). Une centaine de participants sont alors attendus pour boucler le parcours de 5 km.

«On se dirige clairement vers une année record, a indiqué la directrice des communications de la Fondation canadienne du rein, Louise Deguire. L’équipe qui s’occupe de l’organisation de la marche à Granby est hyper dynamique. À ce jour, ils ont déjà recueilli plus de 6400$ et une soixantaine de personnes sont inscrites. Vraiment, on a de quoi être très enthousiastes.»

L’an passé, 4200$ ont été amassés et 80 personnes ont pris le départ de la marche au parc Daniel-Johnson. Selon la Fondation, près de 300 personnes sont aux prises avec une maladie rénale dans la région. Une sournoise maladie qui frappe de plus en plus de gens. «Les problèmes rénaux sont silencieux. On ne voit souvent pas les signes précurseurs», a fait valoir Mme Deguire.

Selon la représentante de la Fondation, à l’échelle provinciale, une personne sur 14 est touchée par l’insuffisance rénale. Les causes sont d’ailleurs multiples: la hausse des cas de diabète, le vieillissement et la sédentarité, entre autres.

Sensibilisation

La marche, outre son aspect rassembleur, servira également à éveiller la population aux répercussions des dons d’organes. « On oublie souvent qu’un geste comme le don d’organes a d’énormes retombées, notamment pour les gens qui ont un stade avancé de maladie rénale. C’est si simple de faire la différence. Il suffit de signer au verso de la carte d’assurance maladie. Il y a aussi possibilité de manifester ses volontés via le registre des notaires ou sur le site de la Régie de l’assurance maladie du Québec.»

Bon an mal an, près de 300 greffes rénales sont réalisées au Québec. Une cinquantaine de ces organes transplantés proviennent de donneurs vivants, a indiqué Louise Deguire.

Mobilisation

La présidence de l’événement a été proposée à Valérie Ross, infirmière clinicienne. Une offre qu’elle a acceptée sans hésiter.

«Comme infirmière, j’ai besoin de faire la différence dans la vie des gens. Être là à cet événement, en dehors de mon travail, ça amène une autre dimension aux patients. Une autre façon de les supporter», a mentionné celle qui travaille à la clinique de greffe rénale du CHUS depuis huit ans.

Au fil des ans, elle a vu les demandes de greffes de reins croître de façon exponentielle. «En 2011, j’avais une vingtaine de dossiers en attente, alors que maintenant, j’en compte une centaine. C’est énorme. D’où l’importance de participer à la Marche et de soutenir la cause en faisant un don. »

D’ailleurs, le comité organisateur pourra compter sur la présence d’un groupe d’infirmières spécialisées en hémodialyse à l’hôpital de Granby. «On connaît les patients, les marcheurs, a dit Mme Ross. On fera vraiment un travail de terrain durant l’événement pour répondre aux questions des gens.»

Pour de plus amples informations ou pour vous inscrire, consultez le site marchedurein.ca