Des bénévoles dévoués ont amassé des fonds pour le Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main à Lac-Brome (photo), Sutton, Bedford, Dunham Bromont et Cowansville.

45 000 $ pour Main dans la main

Le Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main a amassé 45 000 $ dans les rues de Brome-Missisquoi, samedi, dans le cadre de la Guignolée du Dr Julien. La collecte se poursuit sur le web, alors que le centre de Brome-Missisquoi, qui aide autour de 200 enfants, souhaite atteindre les 50 000 $.

« L’an passé, on a fait 43 000 $ dans la rue et, en fin de compte, on s’est rendu à 47 000 $. Cette année on veut [se rendre à] 50 000 $, souligne en entrevue Ysabelle Proulx, présidente fondatrice de Main dans la main. C’est notre journée la plus importante de l’année pour notre collecte de fonds. Ça a vraiment un gros impact dans notre budget pour donner des services directs aux enfants. » Il s’agissait de la cinquième guignolée du centre, qui dessert depuis quatre ans de jeunes enfants en situation de grande vulnérabilité et leur famille. 

Le CPSC Main dans la main est par ailleurs de plus en plus connu pour ses services. Les automobilistes sollicités par les quelque 150 bénévoles dans l’une ou l’autre des municipalités de Brome-Missisquoi­ n’étaient pas surpris de les voir et ont donné généreusement.

Le nombre de points de cueillette a légèrement augmenté cette année à Bromont. Des bénévoles étaient aussi présents à l’angle de certaines rues de Bedford, Dunham, Sutton, Lac-Brome et Cowansville.

«La guignolée a vraiment un gros impact dans notre budget pour donner des services directs aux enfants», reconnaît Ysabelle Proulx, présidente fondatrice de Main dans la main.

Confiance en soi

L’approche de Main dans la main s’inspire de la philosophie du Dr Julien, centrée sur les besoins et le respect des droits des enfants, et a pour but de venir en aide aux enfants vulnérables sur le plan de la santé et des services sociaux. L’organisme sort des sentiers battus pour venir en aide à ces enfants et à leurs parents, en utilisant par exemple la zoothérapie ou le bricolage. L’organisme sans but lucratif comprend notamment un médecin, un travailleur social et un avocat.

Les intervenants observent une grande différence dans le comportement des enfants depuis que ceux-ci fréquentent le centre de pédiatrie sociale. « C’est flagrant ! On le voit dans les yeux et les sourires des enfants qui sont réguliers au centre, insiste la présidente. C’est comme leur deuxième maison. Ils sont là à la fin des classes, ils viennent aux activités, ils sont contents d’être là et ça fait une grosse différence dans leur vie. On a vu des enfants qui ont vraiment beaucoup pris confiance en eux. On le voit dans leur attitude. »

La confiance est un facteur important dans la qualité de vie d’un enfant, ne serait-ce qu’à l’école, observe Me Proulx. « Quelqu’un qui est sûr de lui, c’est rare qu’il va être victime d’intimidation, il va affirmer cette assurance-là. Alors, de travailler là-dessus avec les enfants, c’est aidant. »

Nouvelle DG

Il s’agissait de la première guignolée pour Marie-Claude Lizotte, qui occupe le poste de directrice générale depuis le 1er octobre. Elle remplace Isabelle Labrecque, qui était dg depuis 2015.

Mme Lizotte a un solide curriculum vitae en tant qu’entrepreneure et consultante. Elle voulait œuvrer dans une cause humanitaire qui lui tenait à cœur, soit le bien-être des enfants.

Elle a été touchée par « la philosophie où on donne le droit de rêver et le droit à l’éducation. Ce sont des enfants qui ne demandent qu’à avoir [accès à] ces petits droits tous simples ».

La nouvelle directrice générale souhaite créer des événements générateurs de profits et solliciter les gens d’affaires afin que ceux-ci s’impliquent et permettent de rendre le centre financièrement autonome. 

« Il y a eu un apport financier du gouvernement pour 2015-2020 qui a permis de démarrer certains centres, mais ça ne sera pas toujours là, précise Ysabelle Proulx. C’est un montant d’argent qui a été distribué. Il faut vraiment trouver notre autonomie, avoir une banque de bénévoles importante, avoir de grands donateurs pour que la structure soit solide afin d’avoir une pérennité. »

La guignolée du Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main se poursuit en ligne au cpscmaindanslamain.org

Les automobilistes ont été sollicités par 150 bénévoles de Main dans la main dans l’une ou l’autre des municipalités de Brome-Missisquoi.

GRANDE FÊTE DE NOËL

La famille Arsenault, propriétaire de Rotoplast, figure parmi les gens d’affaires impliqués auprès du Centre de pédiatrie sociale en communauté Main dans la main. Elle a dernièrement organisé une grande fête de Noël pour les familles qui bénéficient des services de l’organisme. 

« Il y avait 250 personnes du centre, dont environ 150 enfants, souligne Me Proulx. Le groupe Samajam a animé et donné un spectacle interactif avec les enfants. Ils avaient des instruments pour tout le monde dans la salle. »

Les enfants ont tous eu droit à un cadeau. Il s’agissait de la troisième fête de Noël organisée par cette famille pour le centre. 

Reconnaissantes, les familles invitées ont même aidé à ranger après la fête. Cynthia Laflamme

GUIGNOLÉE DU DR JULIEN: LES DONS AFFLUENT 

 Un premier bilan de la 15e Guignolée du Dr Julien pour les centres de pédiatrie sociale en communauté fait état de dons de près de 1 150 000 dollars.

Selon le Dr Gilles Julien, ce premier décompte témoigne de l’appui sans cesse renouvelé de la population pour les enfants vulnérables.

La collecte de dons se poursuit jusqu’à la mi-janvier, en ligne, par téléphone ou par la poste. L’an dernier, 1,7 M $ avaient été recueillis.

Les sommes amassées servent à offrir des soins et des services professionnels à quelque 5500 enfants, pour leur permettre de développer leur plein potentiel.

Malgré le froid, de nombreux musiciens, artistes de rues, danseurs, mascottes, joueurs de l’Impact, personnalités connues et comédiens étaient au rendez-vous à Montréal, à l’angle des rues Adam et Aylwin, pour cette 15e édition tenue samedi. La Presse canadienne