Le député libéral Pierre Breton dresse un bilan positif de la dernière session parlementaire, à Ottawa, au cours de laquelle 3,5 M$ ont été investis dans la circonscription de Shefford.

3,5 M$ investis en six mois dans Shefford

La session parlementaire à Ottawa est terminée depuis un peu plus d’une semaine. Le député de Shefford, Pierre Breton, dresse un bilan plus que positif des six derniers mois de travail. Situation de plein emploi, programme pour la construction et la rénovation de logements abordables, bonification devancée de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) et lutte à l’itinérance sont les principaux points qui retiennent son attention.

« En six mois, ce sont 3,5 M $ qui ont été investis par le fédéral dans le comté, lance-t-il d’entrée de jeu. Ça concerne des entreprises privées, le communautaire, les aînés et la jeunesse. Ça a généré entre trois et cinq fois plus d’investissements de façon générale. On a une situation économique qui est très enviable dans le comté de Shefford », qui comprend les MRC de La Haute-Yamaska, de Rouville et Val-Saint-François, dans la région de Valcourt.

Cette situation économique a fait en sorte que le taux de chômage est à son plus bas depuis que de telles données sont compilées, soit depuis quarante ans. Avec un taux de 5 %, la région affiche un meilleur chiffre que la moyenne canadienne, qui est de 5,5 %. « Ça amène son lot de défis dans la région, mais ce sont de beaux problèmes à gérer », ajoute-t-il.

« On a annoncé également la bonification d’une de nos mesures phares qu’on a mises en place au cours des deux dernières années, qui est l’ACE. On va la bonifier le 20 juillet prochain de 2,5 %. C’est deux ans plus tôt que prévu. Et en juillet 2019, il va y avoir une autre bonification de 2,5 %. »

Dans la circonscription de Shefford, ce sont 11 000 familles et 22 000 enfants qui en profitent, selon M. Breton. Depuis janvier, les chèques envoyés à ces 11 000 familles équivalent à un total de 42 M $ non imposables.

La Stratégie nationale sur le logement permettra la construction de 100 000 unités abordables et la rénovation de 300 000 autres d’ici dix ans. Le Fonds national de co-investissement pour le logement est doté d’une enveloppe de 13,2 milliards de dollars.

Dans la même veine, l’itinérance est un enjeu qui préoccupe M. Breton et ses collègues libéraux.

« Il y avait juste une stratégie à travers le Canada et, maintenant, on va travailler selon les besoins du milieu. C’est une approche plus communautaire, plus axée sur les besoins. Ce qu’on souhaite, c’est de diminuer l’itinérance de 50 %. » Localement, il souhaite que le GASP et Le Passant profitent des sommes mises à leur disposition.