La grange qui abritait 300 veaux a été complètement détruite par un violent incendie, jeudi soir, à Upton.
La grange qui abritait 300 veaux a été complètement détruite par un violent incendie, jeudi soir, à Upton.

300 veaux périssent dans un incendie

Un violent incendie qui a éclaté dans une grange a entraîné la mort de quelque 300 veaux, jeudi soir, à Upton.

La Sûreté du Québec a été mandatée pour faire la lumière sur la cause du brasier qui a entraîné des dommages se chiffrant à plus de 150 000 $. 

Un passant a alerté les pompiers, vers 19h30, en voyant des flammes et de la fumée qui s’échappaient du bâtiment agricole du rang de la Carrière. À l’arrivée des pompiers, la visibilité était «nulle», décrit Benoit Gauthier, directeur du Service des incendies d’Upton. «On ne voyait rien, ajoute-t-il. La fumée et les tisons traversaient la route.»

Une quarantaine de sapeurs des municipalités de Saint-Valérien-de-Milton, Saint-Liboire, Acton Vale, Saint-Nazaire-d’Acton, Sainte-Hélène et Upton ont participé à l’intervention, notamment pour assurer le transport d’eau. Le froid et la chaussée glacée ont toutefois rendu leur travail plus difficile, fait savoir M. Gauthier. 

Le travail des sapeurs a été concentré à protéger la résidence située à une dizaine de pieds de la grange en flammes, un garage agricole dans lequel était notamment entreposé un tracteur, ainsi que deux réservoirs, l’un de propane et l’autre contenant du diesel. «C’était nos priorités», indique le chef de la brigade.

La maison et le garage ont été sauvés des flammes. Aucun incident en lien avec les réservoirs n’est survenu. 

La grange a été complètement détruite par le brasier qui a été maîtrisé vers minuit. Une pelle mécanique a participé à l’extinction des derniers foyers de l’incendie. Les quelque 300 veaux qui se trouvaient dans le bâtiment n’ont pas survécu. Les pertes reliées à la bâtisse sont évaluées à plus de 150 000 $. 

La cause de l’incendie est indéterminée pour le moment. Les pompiers ont donc transféré le dossier à la Sûreté du Québec. Un technicien en scène d’incendie s’est d’ailleurs rendu sur les lieux du sinistre, vendredi, dans l’espoir de déterminer la cause du brasier.