Les jeunes Tarini, Bhadra et Hari ont vu s’envoler les monarques avec leur famille, dimanche, au Festival du monarque.

300 papillons s’envolent pour le Mexique

« 4, 3, 2, 1, libérez vos papillons ! » L’envolée de monarques a provoqué bien des sourires, des expressions de bonheur et des yeux rieurs. Entre 300 et 350 papillons ont pris le chemin du Mexique, dimanche en milieu d’après-midi, sous un soleil assez chaud pour les garder bien éveillés.

« La météo est le premier facteur pour que les papillons décollent, souligne Anne Marie Comparot, du Centre d’interprétation de la nature, qui coorganisait le Festival du monarque. Ce n’est pas trop frais. L’éleveur de papillons les réfrigère pour qu’ils ne veuillent pas s’envoler tout de suite et on demande aux gens de réchauffer la petite boîte pour que les monarques soient ensuite prêts à s’envoler. Quand ils n’ont pas assez chaud, ils sont plus amorphes. »

À la fin de l’automne, le monarque quitte le Canada, traverse les États-Unis et se rend dans les montagnes boisées du Mexique pour hiverner jusqu’au printemps, moment où il reprend la route du Nord.

De tous les insectes migrateurs, il se situe au 2e rang pour la distance parcourue, soit jusqu’à 5000 km, selon WWF-Canada.

Merveilleuse journée
La journée s’est passée à merveille. Le stationnement était plein à craquer, si bien que des dizaines de voitures se sont retrouvées stationnées sur une longue partie de la rue Drummond.

Plus de 1400 personnes ont visité le Festival du monarque. Parmi la foule, il y avait une famille pour qui l’envolée de monarques était symbolique. Le Cowansvillois Mario Evoy a fondé une famille avec la Mexicaine Nashiely Barrios-Cortes. C’est justement vers le pays d’origine de Mme Barrios-Cortes que les papillons migreront pour les deux prochains mois, avant qu’une autre génération de monarques ne revienne au printemps.

La famille participait pour la première fois à l’envolée de papillons, comme de nombreuses personnes présentes dimanche. « Je le fais à la mémoire de ma mère, qui est décédée il y a un an, souligne M. Evoy. Elle venait à l’envolée chaque année. » Et comme elle, il a acheté cinq papillons que le couple a libérés avec leurs trois enfants, la jeune Tarini, 5 ans, et ses frères Bhadra, 6 ans, et Hari, 8 ans, ainsi que les grands-parents.

Pour une cinquième année, Georges Brossard était président d’honneur de l’événement. Plusieurs activités festives et éducatives étaient proposées une bonne partie de la journée de dimanche. Samedi, le film L’Odyssée des papillons a été projeté et une conférence sur les papillons du Québec était offerte par Michel Leboeuf.