L’impressionnant convoi s’est arrêté au vignoble L’Orpailleur en début d’après-midi samedi.

300 motos contre la maladie

La Ride de filles a cette année encore parcouru les routes des Cantons-de-l’Est en soutien à la lutte contre le cancer du sein. Un convoi de 300 motos s’est arrêté à Venise-en-Québec, Bedford, Dunham et Bromont afin de sensibiliser la population à la cause et amasser des fonds pour la Fondation du cancer du sein.

Pour une troisième année consécutive, les organisateurs de la tournée ont décidé d’emprunter les routes de la Montérégie et des Cantons-de-l’Est, au grand plaisir des participants qui ont profité d’une météo particulièrement clémente samedi pour profiter de la beauté de la région.

Au-delà des paysages des Cantons-de-l’Est, les raisons étaient multiples pour participer au rassemblement de motocyclettes.

Après être parti de La Prairie en début de journée et s'être arrêté quelques instants à Venise-en-Québec en matinée, l’imposant convoi s’est arrêté à Bedford pour dîner, puis a fait halte au vignoble l’Orpailleur de Dunham en début d’après-midi.

Pour certains, il s’agissait simplement de se réunir pour une bonne cause, mais pour quelques motards, la journée prenait une signification toute singulière.

C’est le cas pour Nathalie Martin et Sylvie Blanchet qui en sont à leur seconde participation. « On s’était inscrite en 2016 parce que ma mère était atteinte d’un cancer du sein, se souvient Nathalie Martin. Cette fois, c’est moi qui suis atteinte. » À eux deux, elles ont amassé près de 5000 $.

« C’est sûr qu’on est plus motivées pour ramasser des sous et je pense que les gens sont aussi plus conscientisés lorsqu’ils peuvent mettre un visage sur la maladie », explique Nathalie Martin, qui espère être de retour l’an prochain pour une autre Ride de filles.

À quelques tables de là, Line Jacques en était à sa dixième participation.

« On en fait partie depuis la toute première année ! », lance-t-elle.

Elle tient à continuer à revenir pour faire sa part dans la lutte contre le cancer.

Des fonds pour la recherche
« Chaque participant doit payer une cotisation de 90 $ pour participer, explique le coordonnateur de l’événement, Michel Côté. Par la suite, les gens devaient ramasser au minimum 100 $ en don. »

Selon ses estimations, la Ride de filles 2018 aurait déjà rapporté près de 80% du financement espéré selon les prévisions de l’organisation. La campagne se continue toutefois jusqu'en octobre prochain.  

C’est tout de même plus de 80 000 $ qui seront remis à la Fondation du cancer du sein qui se sert des fonds pour faire avancer la recherche.

Après avoir réglé quelques problèmes logistiques — le groupe ayant été séparé —, l’impressionnant convoi a repris la route en direction de Bromont.

Maire à moto
Deux motards bromontois s’y sont joints : Louis Villeneuve et sa conjointe Sylvie sont aussi venus profiter de la journée et rencontrer les participants.

« C’est une très belle cause. Je suis passionné de moto depuis l’adolescence et en plus ils s’en viennent à Bromont, je ne pouvais pas ne pas participer ! », dit Louis Villeneuve.

« J’ai trouvé que c’était une très belle cause, confie le maire de Bromont. Je suis passionné de moto depuis l’adolescence et en plus ils s’en viennent à Bromont, je ne pouvais pas ne pas participer ! »

Le trajet de la Ride des filles s’est terminé à l’aréna de Bromont où une soirée de festivités attendait les motards.

C’est la chanteuse et porte-parole de l’événement Lulu Hugues qui a assuré la première partie du spectacle. Nadia Waltz du groupe Aidan et Élizabeth Blouin-Brathwaite ont assuré la suite de la soirée.

Il n’est pas impossible que la Ride revienne en 2019 pour une quatrième année dans la région. « Rien n’est encore décidé », précise le coordonnateur Michel Côté.