La Ride de filles 2020 a établi un nouveau record d’inscription avec 300 motardes qui ont parcouru les 200 kilomètres séparant Saint-Hyacinthe de Granby.
La Ride de filles 2020 a établi un nouveau record d’inscription avec 300 motardes qui ont parcouru les 200 kilomètres séparant Saint-Hyacinthe de Granby.

300 motardes solidaires contre le cancer du sein

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
La Ride de filles 2020 a établi un nouveau record d’inscription avec 300 motardes qui ont parcouru les 200 kilomètres séparant Saint-Hyacinthe de Granby. Samedi soir, 115 000 $ avaient déjà été amassés au profit de la Fondation du cancer du sein.

Dans le contexte particulier actuel, les organisateurs s’étaient fixé l’objectif «optimiste» de 100 000$ en dons, mais s’attendaient davantage à ce que le montant final se situe entre 50 000$ et 75 000$, confie le directeur général, Michel Côté.

«En date d’hier soir, on a annoncé un montant de 115 000$. On est très fier et vraiment ébloui, poursuit-il. Le contexte est difficile, beaucoup de gens ont perdu leur emploi. Le cancer, lui, ne s’arrête pas. Pandémie ou pas, il y a des gens qui souffrent, qui ont besoin d’aide, et je crois que les gens ont compris cela.»

Les bénévoles de la Ride de filles 2020, que le d.g. Michel Côté a tenu à remercier.

La collecte de fonds se poursuit jusqu’à la fin du mois d’octobre, celui-ci étant dédié à la lutte contre le cancer du sein. Il est possible de faire un don en ligne sur le site de la fondation.

Mesures sanitaires strictes

Bon nombre de personnes, motardes et bénévoles, n’ont pas pu participer à l’événement en raison de la limite de 250 personnes imposée par la Santé publique. Le peloton était donc séparé en deux groupes qui ont démarré leurs motocyclettes à deux heures d’intervalle, d’autant plus que plusieurs participantes sont des survivantes du cancer et sont plus à risque de complications si elles contractent la COVID-19.

Le délai de deux heures permettait aux bénévoles des deux cabanes à sucre recevant les femmes de bien désinfecter entre les deux services. Le directeur général avoue avoir été impressionné par l’efficacité des bénévoles et des employés des cabanes à sucre. «On avait des normes sanitaires très rigides pour les participantes. Je veux remercier les participantes et les bénévoles, ce n’était pas facile et les gens ont été d’une discipline incroyable», souligne Michel Côté.

Partenariat positif

Avec les restrictions de la Santé publique, il fallait trouver un endroit assez grand pour accueillir deux groupes de 150 personnes pour le dîner et le souper. C’est donc dans les cabanes à sucre La Goudrelle de Saint-Grégoire et la Grillade à Saint-Alphonse-de-Granby que les 300 motardes et bénévoles ont éteint leurs moteurs.

«J’ai parlé ce matin avec M. Gingras de la Grillade, puis il était bien content de nous recevoir parce que ça leur donne un bon de pouce à eux aussi. C’est assurément la même chose du côté de La Goudrelle. Ç’a été un bon partenariat, très positif», note Michel Côté.

La journée s’est terminée avec un spectacle de 45 minutes de la chanteuse et porte-parole de l’événement Lulu Hughes, elle aussi survivante du cancer.