Samuel Gosselin précise que l’objectif du fond demeure le développement de la communauté.

238 000 $ pour les communautés de La Haute-Yamaska

Le fonds de développement des communautés de La Haute-Yamaska sera doté d’une enveloppe de 238 000 $ pour 2019. La MRC a lancé lundi matin son appel de candidatures auprès des organismes à but non lucratif, municipalités, organisations paramunicipales et coopératives du territoire qui ont des projets de développement communautaire.

Bien que l’enveloppe soit plus mince de quelques milliers de dollars par rapport à l’an dernier, la procédure d’attribution des bourses demeure la même. Les projets recevables se divisent en trois catégories, soit les études et planifications, les projets locaux — qui n’incluent qu’une municipalité — et les projets régionaux — qui en incluent plusieurs. Pour les deux premières catégories, la contribution de la MRC ne peut excéder 60 000 $.

Ce montant passe toutefois à 100 000 $ pour les projets régionaux.

Une clause spéciale a été prévue pour deux municipalités dévitalisées de la région, Waterloo et Warden. Dans le cas d’un projet local, la MRC peut financer 90 % du projet pour Warden et 80 % pour Waterloo, et pour une étude, le financement peut monter jusqu’à 80 % pour les deux villes.

« La MRC peut également reconnaître jusqu’à 20 % d’implication bénévole, donc, si les gens s’impliquent, le projet peut être financé au complet », soutient Samuel Gosselin, conseiller en développement de la ruralité et de l’agroalimentaire pour la MRC de La Haute-Yamaska.

Comme le précise M. Gosselin, l’objectif du fond demeure le développement de la communauté : « On vise des services de proximité ou des attraits pour que la communauté se démarque. »

Plusieurs projets importants ont reçu un premier coup de pouce financier du fond des communautés dans les derniers mois. On peut penser à la Coopérative de solidarité La Passerelle de Granby, qui a obtenu 60 000 $ — le montant maximal — pour effectuer une étude relative au projet d’une résidence de 40 logements, en plus d’une subvention du même montant dédiée à la construction du bâtiment.

« Un même projet ne peut pas obtenir une seconde subvention, mais un même organisme peut demander une autre subvention pour un autre projet », précise M. Gosselin.

Comité indépendant
Les demandeurs devront d’abord rencontrer Samuel Gosselin, qui s’assurera de la conformité de la demande. « Les gens doivent me rencontrer pour s’assurer qu’ils ne travaillent pas pour rien et pour s’assurer que le projet est bien structuré, explique l’employé de la MRC. On veut accepter les meilleurs projets possible. »

Par la suite, un comité indépendant dont les membres sont issus de différents milieux se penchera sur la sélection, qui sera finalement soumise au conseil des maires pour être entérinée. La MRC acceptera les dossiers jusqu’au 19 octobre, et les projets sélectionnés seront connus au début de l’année 2019.